NOUVELLES
29/04/2014 10:48 EDT | Actualisé 29/06/2014 05:12 EDT

«Usines à bébés»: le Danemark suspend les adoptions d'enfants nigérians

The Washington Post via Getty Images
KWASSAW, NIGERIA - JUNE 16: Ouma Sayadou, 15, with her best friend in the village of Kwassaw, Nigeria on June 16, 2012. Her aunt rescued her from an early marriage two years ago and took her from her village and brought her to Maradi, a town in southern Niger. But her parents and 20-year-old fiancee have been pressuring her to get married. Next week, she's headed back to her village to be married off. During the interview, she broke down crying because she did not want to get married and wanted to remain in school. (Photo by Sudarsan Raghavan/The Washington Post via Getty Images)

Le Danemark a suspendu mardi les adoptions d'enfants nigérians, un mois après une opération de la police nigériane dans une "fabrique à bébés" où de jeunes femmes vendaient leurs nouveau-nés à des couples stériles.

"Aujourd'hui, j'ai décidé de suspendre toutes les adoptions du Nigeria, avec effet immédiat", a déclaré le ministre danois à l'Enfance, à l'Egalité des sexes, à l'Intégration et aux Affaires Sociales Manu Sareen sur Twitter.

"Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour protéger les enfants et apporter la sérénité aux familles", a-t-il ajouté dans un communiqué distinct.

La décision de M. Sareen a été motivée par un avis de l'agence danoise régulant les adoptions, qui a estimé qu'il était "désormais injustifiable d'adopter des enfants" originaires du Nigeria, car il est "difficile" d'assurer un processus d'adoption "légal et éthique".

Les couples qui ont déjà été mis en contact avec un enfant ne seront pas concernés par l'interdiction.

Le 22 mars, la police nigériane avait libéré huit jeunes femmes enceintes vivant dans une maison près de Lagos utilisée comme maternité illégale, où elles attendaient leur accouchement pour pouvoir vendre leur nouveau-né 300 000 nairas (près de 2000$ CAN) chacun.

Cette nouvelle découverte porte à 125 le nombre de jeunes femmes secourues par la police dans les "fabriques à bébés" depuis 2011, la plupart de ces maternités illégales étant situées dans le sud-est du Nigeria.

Les "acheteurs" sont généralement des couples stériles. Les petits garçons sont vendus beaucoup plus cher que les petites filles.

La traite des être humains est généralisée en Afrique de l'Ouest, où les enfants sont achetés à leurs familles pour travailler dans des plantations, des mines, des usines ou en tant que domestiques.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les meilleurs et les pires pays pour les femmes selon le Forum économique Mondial Voyez les images