NOUVELLES
15/04/2014 04:33 EDT | Actualisé 14/06/2014 05:12 EDT

François Gendron détient le record de longévité à l'Assemblée nationale

Le député péquiste François Gendron est entré dans l'histoire, mardi, fracassant le record de longévité pour un élu de l'Assemblée nationale.

Élu sans interruption depuis 1976, le député d'Abitibi-Ouest a dépassé la marque établie par l'ancien ministre libéral Gérard D. Lévesque, qui a représenté la circonscription de Bonaventure de 1956 à 1993.

Plus précisément, selon le calcul fourni par l'Assemblée nationale, M. Gendron écoulait mardi son 13 665e jour à titre d'élu, une journée de plus que l'ancien tenant du titre.

Durant sa longue carrière, le député natif de Val-Paradis, en Abitibi, a vu défiler tous les chefs péquistes, de René Lévesque à Pauline Marois, en passant par Pierre Marc Johnson, Jacques Parizeau, Lucien Bouchard, Bernard Landry et André Boisclair.

Avec le libéral Philippe Couillard à la barre du gouvernement, M. Gendron en sera aussi à son dixième premier ministre depuis son entrée à l'Assemblée nationale, il y a 37 ans et cinq mois.

Homme au langage coloré, M. Gendron occupait les fonctions de vice-premier ministre et ministre de l'Agriculture dans l'éphémère gouvernement minoritaire de Pauline Marois, défait au scrutin général du 7 avril.

Âgé de 69 ans, M. Gendron a eu des ennuis de santé l'hiver dernier et a hésité un moment avant de se porter à nouveau candidat. Après avoir obtenu le feu vert de son médecin, il s'est jeté dans la mêlée et a obtenu un 11e mandat consécutif de la part des électeurs d'Abitibi-Ouest.

Au fil des ans et des mandats, M. Gendron a occupé bon nombre de fonctions officielles en plus de celles de vice-premier ministre et ministre de l'Agriculture. Il a été entre autres ministre de la Fonction publique, de l'Éducation et des Ressources naturelles. Il a aussi été président de l'Assemblée nationale, leader parlementaire et président du caucus. Il a même dirigé pendant près de cinq mois l'opposition péquiste à la suite du départ d'André Boisclair, en 2007.