Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

31 pays contre le trafic d'armes illégales

Dix-huit pays, parmi lesquels cinq des plus importants exportateurs d'armes au monde, ont ratifié mercredi le Traité sur le commerce des armes, donnant ainsi plus de poids à la campagne de mise en oeuvre de l'accord.

Les ambassadeurs de 18 pays ont remis leurs documents officiels lors d'une cérémonie aux Nations unies qui célébrait le premier anniversaire de l'adoption du traité par l'Assemblée générale de l'ONU.

Cette entente internationale vise à freiner le trafic d'armes illégales, un commerce lucratif oscillant entre 60 et 85 milliards de dollars. L'ajout de ces États porte à 31 le nombre de pays ayant ratifié le traité, soit plus de la moitié des 50 nécessaires à son entrée en vigueur.

Cinq des dix premiers exportateurs d'armes au monde, soit la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne, ont déposé leurs dossiers de ratification à l'occasion de cette cérémonie. Les 13 autres États sont la Bulgarie, la Croatie, le Salvador, l'Estonie, la Finlande, la Hongrie, l'Irlande, la Lettonie, Malte, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie.

Parmi les grands absents figurent les États-Unis, premier exportateur mondial d'armes. L'administration Obama a signé le traité, mais sa ratification est bloquée par le Sénat américain, dont les membres s'y opposent vivement.

À ce jour, 118 pays ont adhéré au traité. La ratification prévoit toutefois l'adoption de réglementations nationales pour contrôler le transfert des armes conventionnelles et encadrer les activités des marchands d'armes.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.