Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Vol 370 de la Malaysian Airlines : un détecteur de boîtes noires à la rescousse

Les recherches visant à retrouver le Boeing de la Malaysian Airlines qui s'est abîmé en mer le 8 mars avec 239 passagers et membres d'équipage à son bord se poursuivent toujours dans une zone de 319 000 km carrés située dans l'océan Indien, à environ 1850 kilomètres des côtes de Perth, en Australie.

Les espoirs se tournent maintenant en partie vers le navire australien Ocean Shield, qui se dirige vers cette zone avec à son bord un véhicule sous-marin et un détecteur de boîtes noires équipé d'hydrophones capables de détecter des signaux jusqu'à 6000 mètres de profondeur.

L'objectif est de localiser la boîte noire du vol 370 de la Malaysian Airlines, qui pourrait émettre des signaux pendant 30 jours, voire davantage. L'Ocean Shield ne pourra cependant pas arriver dans la zone de recherche avant trois jours.

Son travail est en outre tributaire des activités de repérage menées par une dizaine d'avions qui survolent toujours l'Océan indien à la recherche de débris, avec l'aide d'une dizaine de bateaux.

« Il est essentiel que nous trouvions des débris en surface pour réduire l'étendue de la zone de recherche afin de pouvoir conduire des recherches sous-marines », a expliqué à la télévision australienne ABC le capitaine de la Marine américaine, Mark Matthews.

Des objets qui avaient été récemment repérés par un des avions participant aux recherches n'étaient finalement que de l'équipement de pêche, ont fait savoir lundi des responsables australiens.

En ce qui concerne l'enquête, peu d'éléments nouveaux sont dignes de mention, sinon cette nouvelle version des dernières communications entre la tour de contrôle et la cabine de pilotage fournie par le ministère des Transports de la Malaisie.

Il appert ainsi que les derniers mots en provenance de la cabine ont été « Good night, Malaysian 370 » et non « All Right, good night », comme cela avait été rapporté au départ. Des analyses ultérieures détermineront si ces mots sont ceux du pilote ou du copilote.

Le premier ministre australien, Tony Abbott, a assuré que les recherches se poursuivront aussi longtemps que nécessaire. « Je ne fixe pas de limite dans le temps. On peut chercher pendant longtemps encore. L'intensité et la magnitude des opérations, loin de diminuer, augmentent », a-t-il déclaré.

« Nous le devons aux familles, à tous ceux qui prennent l'avion, aux gouvernements inquiets qui comptaient des ressortissants dans l'appareil, et au monde en général, sidéré par ce mystère depuis trois semaines maintenant ».

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.