Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Transport de céréales : le CN ne veut pas être seul à faire des efforts

Le Canadien National (CN) dit avoir fait des progrès dans le transport de céréales, mais affirme, du même souffle, que les exploitants de silos à grains doivent eux aussi améliorer leur performance afin d'optimiser la chaîne d'approvisionnement.

Le CN affirme avoir procédé au chargement de 5102 wagons la semaine dernière. Depuis un mois, le CN est parvenu à livrer le contenu de plus de 4000 wagons, et ce, à quatre reprises. Le transporteur ferroviaire a amélioré sa performance de plus de 20 % comparé à sa moyenne de performance des mois de mars des 10 dernières années.

Il faut rappeler que le transport des grains est en proie à une crise dans l'Ouest du Canada. La situation est telle qu'Ottawa a présenté un projet de loi pour rendre ce transport plus efficace et plus rapide. Cette loi éventuelle aurait pour effet d'accroître l'importance des contrats entre les transporteurs ferroviaires et les producteurs de grains. Des sanctions seraient ainsi imposées si une rupture de contrat survenait.

De plus, les transporteurs ferroviaires, le CN et le Canadien Pacifique (CP) font désormais face à la perspective de devoir payer quotidiennement des amendes s'ils ne doublent le volume de leurs livraisons de céréales.

Le patron du CN, Claude Mongeau, parle de « progrès considérables » en vue d'atteindre l'objectif fixé par le gouvernement canadien, un objectif qui s'élève à 5550 wagons-trémies par semaine. Mais, il ajoute que le CN ne pourra respecter son engagement que si d'autres acteurs-clés de la chaîne d'approvisionnement sont, eux aussi, tenus responsables de leur performance.

Selon M. Mongeau, les exploitants de silos doivent « tirer parti de la capacité qu'ils affirment posséder, et le faire dans les corridors qui profiteront le plus aux agriculteurs canadiens ». Ottawa doit imposer une réglementation aux exploitants de silos, dit M. Mongeau, qui cite d'autres problèmes dans le secteur de la culture de céréales :

  • l'absence de coordination dans l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement;
  • les difficultés croissantes occasionnées par les nouvelles stratégies de marketing de céréales à la suite du changement du rôle de la Commission canadienne du blé.

De son côté, le grand patron du CP, Hunter Harrison, affirme qu'ajouter des wagons s'avère inutile dans une situation de congestion du système. « C'est comme si on ajoutait des automobiles sur une autoroute à l'heure de pointe, dit-il, tout avancerait plus lentement ».

En date du 10 mars dernier, le délai de livraison des cargaisons de grain accusait un retard de 60 000 wagons, ce qui a poussé à la tenue d'un sommet sur le transport du grain dans les Prairies.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.