Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

RDC: la situation reste préoccupante dans le "triangle de la mort" (MSF)

La situation humanitaire "reste préoccupante" dans le "triangle de la mort" en dépit d'une baisse des attaques rebelles dans cette vaste zone du sud-est de la République démocratique du Congo, a indiqué lundi un responsable de Médecins sans Frontières.

"S'il n'y a pas eu d'accrochages depuis trois semaines entre les FARDC [l'armée congolaise, NDLR] et les [miliciens] maï-maï, la situation reste préoccupante car la saison des pluies est un vrai problème", a déclaré à l'AFP Thomas Mollet, chef de mission de MSF dans la province du Katanga.

"Nous restons le seul acteur présent dans le centre du +triangle de la mort+, malheureusement", alors que "les besoins médicaux sont toujours grands, mais également les besoins en abris et biens non alimentaires" (couvertures, casseroles...), a ajouté M. Mollet, joint par téléphone depuis Kinshasa.

Le "triangle de la mort" est le nom donné par l'ONU à une zone de plusieurs dizaines de milliers de km2 dans la moitié nord du Katanga, délimitée par les villes de Pweto, Manono et Mitwaba.

Ce territoire est livré à la violence de groupes armés, en particulier de miliciens "maï-maï", qui réclament une meilleure répartition des richesses entre le nord et le sud du Katanga et de miliciens "Bakata Katanga", qui prônent l'indépendance de la province.

Depuis fin 2013, les attaques de ces groupes (pillages, incendies, enrôlement d'enfants...) s'y sont multipliées et se sont étendues vers le Sud du Katanga.

Mercredi, la Mission de l'ONU en RDC (Monusco) a estimé que la sécurité demeurait "volatile" dans plusieurs régions du nord du Katanga. En janvier, elle avait averti que la situation de la province tournait à la "catastrophe humanitaire".

La province, d'où est originaire le chef de l'Etat, Joseph Kabila, compte désormais plus de 400.000 déplacés, selon les Nations unies

Le Katanga est la région la mieux dotée de la RDC du fait de son sous-sol extrêmement riche en matières premières, mais l'extraction minière n'est vraiment développée que dans sa partie sud, et la majeure partie de la population de la moitié nord de la province vit dans une misère extrême.

hab/mj/jmc

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.