Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Nouvelle date pour l'enquête préliminaire de Gilles Vaillancourt

La cause judiciaire de l'ancien maire de Laval Gilles Vaillancourt, et de 36 autres suspects arrêtés en mai dernier par des agents de l'Unité permanente anticorruption (UPAC), est en cour aujourd'hui, au palais de justice de Laval.

Une nouvelle date devait être fixée pour la tenue de l'enquête préliminaire, qui n'aura pas lieu avant 2015, apprend-on aujourd'hui.

Déjà, la Cour supérieure avait cassé la décision du juge Gilles Garneau de tenir cette enquête cet été à la demande des prévenus dans cette affaire. Leurs avocats estimaient que les dates étaient trop rapprochées et qu'il leur fallait plus de temps pour étudier la preuve.

Les accusés ne sont pas obligés d'être présents en cour aujourd'hui. Ils peuvent être représentés par leurs avocats.

À la suite de l'enquête « Honorer », 37 personnes ont notamment été accusées d'abus de confiance par un fonctionnaire, de fraude envers le gouvernement et d'actes de corruption.

Gilles Vaillancourt, de même que l'ex-directeur général de la Ville de Laval Claude Deguise, et l'ex-directeur de l'ingénierie Claude Asselin, font aussi face aux accusations les plus graves, celles de gangstérisme.

Gilles Vaillancourt, visé par des allégations devant la commission Charbonneau et ciblé par l'UPAC, a démissionné de la mairie de Laval en novembre 2012, à l'issue d'un règne incontesté de 23 ans aux commandes de la Ville.

INOLTRE SU HUFFPOST

L'UPAC frappe à Laval (9 mai 2013)

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.