Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le président du Yémen défend le recours aux drones contre Al-Qaïda

Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi a défendu lundi le recours par les Etats-Unis aux drones contre les membres d'Al Qaïda dans son pays et a accusé l'Iran de soutenir indépendantistes sudistes et rebelles nordistes.

"Le Yémen est engagé, avec la communauté internationale, dans la guerre contre Al-Qaïda et nous avons une excellente coopération avec les Etats-Unis dans ce domaine", a déclaré le président yéménite dans une interview publiée lundi par le quotidien panarabe Al-Hayat.

"Nous sommes obligés d'avoir recours aux drones pour limiter les activités d'Al-Qaïda et les mouvements de ses membres", a ajouté le chef de l'Etat.

Les Etats-Unis sont le seul pays à disposer de drones dans la région. Ces appareils ont été utilisés de façon particulièrement intense ces derniers mois pour soutenir les autorités yéménites dans leur lutte contre Al-Qaïda, tuant des dizaines de personnes soupçonnées d'appartenir au réseau extrémiste, mais aussi des civils.

Le 12 décembre, une attaque de drone dans le centre du pays avait tué des civils et suscité de nombreuses critiques. Selon l'ONU, elle avait visé deux cortèges nuptiaux et tué 16 civils.

Le Parlement yéménite avait voté alors une loi interdisant les attaques de drones, mais le texte est restée sans effet.

Le président Hadi a reconnu "des erreurs limitées" dans l'usage des drones, tout en soulignant que les pertes étaient "plus élevées lors de l'emploi de l'aviation yéménite" contre Al-Qaïda.

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), considéré par les Etats-Unis comme l'émanation la plus dangereuse du réseau, est particulièrement actif au Yémen.

Parallèlement, M. Hadi a demandé à l'Iran de "cesser ses ingérences au Yémen" et "d'arrêter de soutenir les courants armés".

"Malheureusement, l'Iran continue de s'ingérer au Yémen en soutenant les autonomistes sudistes et certains groupes religieux dans le nord", a-t-il dit.

En janvier 2013, les autorités avaient annoncé avoir intercepté un bateau venant d'Iran et chargé d'armes destinées à la rébellion zaïdite (une branche du chiisme), qui contrôle une partie du nord du Yémen.

Des responsables yéménites ont en outre accusé l'Iran par le passé d'encourager les fractions du Sud qui réclament l'indépendance.

wak/at/fcc

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.