NOUVELLES
31/03/2014 03:15 EDT | Actualisé 31/05/2014 05:12 EDT

Jamel Richardson se prépare à la vie après Anthony Calvillo chez les Alouettes

MONTRÉAL - Il ne reste plus que deux mois avant le début du camp d'entraînement et les joueurs des Alouettes se préparent tranquillement à la vie après Anthony Calvillo.

Le sevrage sera toutefois plus brusque pour Jamel Richardson que les autres. Le receveur de 32 ans a vu sa saison 2013 prendre fin au début du mois d'août, quand il s'est déchiré un ligament au genou. Calvillo a subi sa commotion cérébrale quelques semaines plus tard. Richardson n'a donc jamais eu l'occasion de développer une complicité avec Troy Smith et Tanner Marsh, ceux qui ont remplacé le vétéran quart en son absence et qui seront appelés à lui succéder cette année, maintenant qu'il est à la retraite.

«Ça va faire bizarre de ne plus voir AC dans le caucus même si, l'an dernier, après avoir vu tout ce qu'il a traversé comme épreuve, j'avais une bonne idée que ça allait être sa dernière saison, a déclaré Richardson, lundi, alors qu'il était de passage à Montréal afin de subir des examens médicaux. Il va nous manquer. Mais il fallait qu'il fasse ce qui était le mieux pour lui.»

Pour la première fois depuis qu'il s'est joint aux Alouettes en 2008, Richardson ne recevra pas le ballon des mains de Calvillo. Reste qu'il salive déjà à l'idée de recevoir les passes de Smith, qui a montré l'an dernier qu'il est capable de décocher de longues passes avec puissance.

«Tes yeux se mettent à briller quand tu vois un quart avec un tel bras, a indiqué Richardson. Troy a tous les atouts. Et Tanner a la mécanique de base pour bien faire lui aussi.

«Je crois que ça va bien se passer avec eux, a ajouté le receveur qui a franchi le cap des 1000 verges de gains par la passe à ses cinq premières campagnes avec les Alouettes. Troy et Tanner ont tous deux un bon bras et ils détestent perdre. Et ils n'auront pas à tout faire seul. Nous comptons plusieurs joueurs à l'attaque qui sont capables de réaliser de grands jeux. Nous allons les aider. Qu'ils se préoccupent simplement de nous remettre le ballon, puis ce sera à nous de faire le reste.»

Richardson est d'avis que l'apprentissage en accéléré qu'ont vécu Smith et Marsh, l'an dernier, leur sera fort utile cette année.

«Ils savent maintenant à quoi s'attendre. Ils auront une meilleure idée de tout ce qui peut se passer pendant un match», a noté le receveur.

«Et Troy, cette année, aura droit à un camp d'entraînement en bonne et due forme, a dit Richardson de Smith, qui s'est joint aux Oiseaux pendant que la saison 2013 était en cours. L'an dernier, il s'est retrouvé tout à coup avec des joueurs qu'il ne connaissait pas, dont il ne pouvait pas décoder le langage corporel. Maintenant, il va avoir le temps d'apprendre à connaître tous ses receveurs.

«J'ai hâte de voir la compétition qu'il va y avoir entre les deux au camp.»

Il y aura bel et bien une compétition s'il n'en tient qu'à Marsh. Et ce, même si le directeur général Jim Popp et le nouvel entraîneur-chef Tom Higgins ont clairement affirmé que le poste de no 1 appartiendra à Smith jusqu'à preuve du contraire.

«Je vais offrir le meilleur de moi-même et trouver une manière de me faire remarquer, a dit Marsh. Nous avons eu besoin de quatre quarts l'an dernier, alors... On ne sait jamais dans la LCF.»

Marsh était lui aussi à Montréal, lundi, pour passer des examens médicaux. Le quart de 23 ans, qui s'est blessé au pouce droit la saison dernière, a dit être rétabli à 100 pour cent. Il a cherché à améliorer son jeu de pieds cet hiver, dans le but d'afficher plus de constance au chapitre de la précision de ses passes.

Richardson, lui, a estimé que son genou est «85 à 90 pour cent» rétabli. Il se dit présentement en «mode camp d'entraînement», alors qu'il s'adonne à deux séances d'exercices physiques par jour.

«Je peux faire tout ce que je fais d'habitude, y compris des feintes dans mes tracés, a-t-il fait savoir. Je vise d'être prêt à temps pour le premier match.»

Quand Richardson croisera Smith et Marsh lors du premier jour du camp, le 1er juin, il aura un conseil à leur donner: restez vous-même.

«AC est irremplaçable. Il évoluait à un niveau supérieur. Tout ce qu'un quart peut faire, c'est d'être lui-même et de jouer son match», a noté le receveur.

Même si Marsh sait qu'il peut bien se débrouiller par lui-même dans la LCF, la présence de Calvillo à titre de conseiller lui manquera.

«Je ne peux imaginer à quel point j'ai dû lui tomber sur les nerfs tellement je lui ai posé de questions l'an dernier, a lancé Marsh. Mais je pouvais lui demander à peu près n'importe quoi sur le football et il me donnait en plein la réponse que je cherchais. Qu'il ne soit plus là va rendre les choses plus difficiles.

«Mais à bien y penser, je vais peut-être continuer de l'appeler de temps à autre!»