Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Israël ouvre une nouvelle enquête sur la mort d'un juge jordanien, tué par ses soldats

L'armée israélienne va ouvrir une nouvelle enquête sur la mort d'un juge jordanien tué le 10 mars par ses soldats au point de passage entre la Cisjordanie occupée et la Jordanie, a déclaré lundi une porte-parole de l'armée.

"Le bureau du procureur de l'armée israélienne a décidé d'ouvrir une nouvelle enquête sur cet incident", a déclaré cette porte-parole à l'AFP.

"Une enquête avait été conduite tout de suite après l'incident sous la forme d'interrogatoire des témoins mais, sur instructions de l'échelon politique, le commandant militaire de la région Centre a décidé d'ouvrir une nouvelle enquête", précise par ailleurs l'armée dans un communiqué.

L'armée affirme également que cette nouvelle enquête sera conduite conjointement avec les autorités jordaniennes.

"La politique de l'armée israélienne est d'ouvrir automatiquement une enquête après la mort d'un Palestinien par des balles israéliennes", ajoute le communiqué.

En avril 2011, l'armée israélienne a annoncé qu'elle ouvrirait désormais une enquête sur la mort de tout civil palestinien tué par ses forces en Cisjordanie, comme c'était le cas avant le début de l'Intifada en 2000. Cette décision était motivée par la réduction des situations de combat en Cisjordanie, avait expliqué le procureur militaire, ajoutant qu'elle ne s'appliquait "pas à la bande de Gaza".

La mort du juge d'origine palestinienne Raëd Zeiter, 38 ans, au point de passage du pont Allenby entre la Cisjordanie occupée et la Jordanie, avait soulevé de vives protestations en Jordanie, liée à Israël par un traité de paix depuis 1994.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait exprimé ses "regrets" au lendemain de cet incident.

L'armée israélienne avait affirmé que le juge avait attaqué les soldats et tenté de prendre l'arme d'un militaire. En revanche, sa famille, des témoins et des organisations palestiniennes des droits de l'Homme avaient contesté cette version, affirmant qu'il avait été tué lors d'une dispute avec les militaires israéliens.

Issu d'une famille originaire de Naplouse, en Cisjordanie, Raëd Zeiter avait la nationalité jordanienne et exerçait les fonctions de juge dans un tribunal d'Amman.

mib/sst/hj

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.