Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des problèmes techniques jusqu'à la fin pour Obamacare

Les Américains qui n'ont pas de couverture médicale ont jusqu'à lundi minuit pour souscrire à une assurance dans le cadre de la controversée loi sur la santé, connue comme l'Obamacare. Mais l'affluence des dernières heures a entraîné de nouveaux problèmes informatiques sur le site d'inscription en ligne.

Healthcare.gov a été inaccessible durant plusieurs heures lundi matin.

Les problèmes informatiques récurrents depuis le 1er janvier avaient justement amené l'administration Obama à repousser la date limite d'inscription au 31 mars. Washington n'a pas renouvelé son contrat avec la société CGI basée à Montréal, principale architecte du site.

Après un début plutôt catastrophique, plus de 6 millions d'Américains avaient adhéré à la couverture médicale la semaine dernière, selon la Maison-Blanche. Un week-end très occupé laisse croire que ce nombre s'élèvera sensiblement, mais Washington ne peut dire de combien pour l'instant.

Les républicains, vertement opposés à la réforme de la santé, dénoncent le manque de précision des chiffres fournis par la Maison-Blanche.

La proportion d'adhérents jeunes et en bonne santé n'est pas connue, alors que le succès de la réforme en dépend. Ces jeunes doivent permettre d'équilibrer les coûts générés par une population vieillissante. Ils semblent toutefois plus enclins à payer l'amende qu'à adhérer à l'assurance maladie.

La loi Affordable Care Act impose à tous les Américains d'être assurés à compter de 2014.

La population reste toujours très divisée sur la question. Un récent sondage montre que seulement 41 % des Américains approuvent cette réforme, contre 53 % qui y sont opposés.

Nombreux sont ceux qui ont vu leur police actuelle résiliée par leur assureur, forcé par la nouvelle loi de proposer une couverture plus complète.

Les républicains veulent profiter de ce mécontentement pour remporter les élections de mi-mandat en novembre. Selon eux, Obamacare est une intrusion intolérable du gouvernement dans le marché de la santé privée.

Plusieurs membres de l'administration Obama ont donné des entrevues dans la journée pour vanter la réforme et convaincre les retardataires et récalcitrants d'y adhérer.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.