Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le président de Telus Darren Entwistle quitte son poste mais reste avec la compagnie

MONTRÉAL - Darren Entwistle démissionne de son poste de chef de la direction de Telus (TSX:T), mais il continuera d'exercer son influence au sein du groupe de télécommunications à titre de président-directeur du conseil d'administration.

M. Entwistle a oeuvré pendant 14 ans à la tête de l'entreprise, un service de téléphonie local qu'il a transformé en société nationale valant plus de 25 milliards $, qui livre aujourd'hui une concurrence aux deux autres géants de son secteur, Rogers Communications (TSX:RCI.B) et Bell (TSX:BCE).

Joe Natale, qui occupe depuis 2010 le poste de chef des services commerciaux de Telus, reprend le poste de président et chef de la direction de la société. M. Natale s'est joint à la société en 2003 à titre de vice-président à la direction.

M. Entwistle avait commencé sa carrière chez Bell, où son père travaillait, puis il est devenu président de la société britannique Cable & Wireless Communications, avant de revenir au pays pour diriger Telus à l'âge de 37 ans.

Il a participé à la transformation de Telus en allongeant la somme de 6,6 milliards $ pour acheter le fournisseur de téléphonie cellulaire Clearnet Communications en 2000, juste après son arrivée à la tête de la société.

Joe Natale remplacera M. Entwistle le 8 mai, lors de l'assemblée annuelle des actionnaires de Telus, à Vancouver.

Contrairement à ses principaux concurrents, Telus n'a pas mis en place de stratégie pour acheter des stations de télévision ou de radio ou des équipes de sport professionnel pour utiliser comme sources de contenu pour les téléphones intelligents ou tablettes électroniques qu'il vend. Telus a plutôt choisi d'acquérir une expertise dans les services électroniques de santé, un secteur de croissance qui compense les reculs de certains services de télécommunications plus anciens.

L'action de Telus a cédé lundi 72 cents à la Bourse de Toronto, pour clôturer à 39,63 $.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire des opérateurs canadiens (2012)

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.