NOUVELLES
31/03/2014 12:37 EDT | Actualisé 30/05/2014 05:12 EDT

Chine: Procès d'un magnat des mines, accusé de meurtre avec son "gang"

Un sulfureux homme d'affaires chinois qui avait tenté de racheter à prix d'or un groupe minier australien comparaissait lundi devant la justice, en compagnie de 35 membres de son "gang mafieux", a rapporté la presse.

Liu Han, son frère Liu Wei et les 34 autres accusés ont été inculpés pour divers crimes parmi lesquels au moins un homicide.

Le procès de ce groupe présenté comme un "gang au fonctionnement mafieux" s'est ouvert devant un tribunal de la province centrale du Hubei, a précisé l'agence de presse Chine nouvelle.

La télévision CCTV a diffusé une photo du principal accusé dans la salle d'audience, encadré par deux policiers.

Liu Han a fait fortune à la tête de la société minière Hanlong, dont le siège se trouve dans la province du Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine.

Conglomérat également présent dans le secteur du tourisme, aux actifs représentant plus de 20 milliards de yuans (2,4 milliards d'euros), Hanlong s'était distingué par ses ambitieux projets d'acquisition à l'étranger.

Le groupe minier australien Sundance Resources avait ainsi accepté à l'été 2012 une offre de rachat par Hanlong pour environ 1,16 milliard d'euros.

Mais l'acquisition avait finalement échoué en avril 2013, le groupe chinois n'ayant pu fournir dans les temps un plan de financement.

Des médias chinois avaient alors indiqué que Liu Han avait été placé en détention pour avoir hébergé son frère soupçonné d'homicide, et qu'il était par ailleurs soupçonné de blanchiment d'argent dans des casinos de Macao.

"Son empire financier était fondé sur la menace. Lui et son gang ont amassé des fortunes énormes dans l'immobilier, les mines et l'énergie, par des prêts à des taux usuriers, des manipulations boursières, des acquisitions illégales et d'autres moyens", avait affirmé Chine nouvelle.

"L'empire criminel" de Liu représente des actifs de quelque 40 milliards de yuans (4,8 milliards d'euros), avait ajouté l'agence.

La province du Sichuan a été naguère contrôlée par Zhou Yongkang, ancien ministre de la Sécurité publique visé par une enquête anticorruption selon des médias étrangers, même si les autorités chinoises n'ont encore rien confirmé.

Plusieurs proches de Zhou, l'une des figures les plus puissantes de la vie politique chinoise de la dernière décennie, ont été récemment visés par des enquêtes disciplinaires, soupçonnés de faits de corruption.

Les médias ont suggéré des liens entre le "gang" de Liu Han et les plus hautes sphères du régime communiste.

kgo-seb/ple/ob