Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Cameroun: un ministre arrêté pour malversations financières

Le ministre camerounais des Enseignements secondaires, Louis Bapès Bapès, a été arrêté et placé en détention provisoire lundi pour des malversations financières présumées dans le cadre de ses fonctions, a-t-on appris auprès du Tribunal criminel spécial (TCS) anti-corruption de Yaoundé.

M. Bapès Bapès "a été convoqué cette matinée au TCS" pour être entendu sur "des faits présumés de malversations dans son ministère et été envoyé à Kondengui", la prison principal de Yaoundé, a affirmé à l'AFP une source proche du TCS.

Le ministre a été placé en détention provisoire en attendant l'ouverture d'une information judiciaire, a précisé la même source, qui s'exprimait sous couvert d'anonymat.

L'intéressé avait été épinglé dans un rapport officiel pour sa gestion au sein du ministère des Enseignements secondaires, mais les faits qui lui sont reprochés n'ont pas été précisés.

M. Bapès Bapès est le deuxième ministre en fonction à être arrêté dans le cadre de l'opération Epervier de lutte contre la corruption.

Le président Paul Biya a créé en décembre 2012 le TCS, un tribunal spécial chargé de juger des personnes suspectées d'avoir détourné des sommes au moins égales à 50 millions de francs CFA (76.000 euros).

Lancée en 2006 sous la pression des bailleurs de fonds, l'opération "Epervier" a déjà abouti à l'arrestation de nombreuses personnalités, dont des ex-ministres et dirigeants d'entreprises publiques.

Toutefois, les accusés ont souvent affirmé être victimes de règlements de comptes politiques.

Le Cameroun occupe le 146e rang sur 178 pays classés dans l'Index 2010 de la perception de la corruption de Transparency International.

rek/cl/mba

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.