NOUVELLES
31/03/2014 12:14 EDT | Actualisé 31/05/2014 05:12 EDT

Brésil : Pas de preuve de versements de pots de vins à des employés de Petrobras

Une commission interne du géant pétrolier brésilien Petrobras a annoncé lundi ne pas avoir pu prouver le versement de pots de vin à certains de ses employés par l'entreprise hollandaise SBM Offshore afin d'obtenir des contrats de location de plateformes pétrolières.

Dans un communiqué publié dans la presse brésilienne, la compagnie pétrolière contrôlée par l'Etat "indique n'avoir trouvé aucun fait ou document qui prouvent le paiement de pots de vin à des employés de Petrobras", impliquant l'entreprise SBM Offshore qui loue des plateformes pétrolières.

La commission interne avait été créée le 13 février par la présidente de Petrobras, Graça Foster.

Le 12 mars, la Chambre des députés du Brésil a crée à son tour une commission d'enquête qui se rendra aux Pays-Bas pour enquêter sur d'importants pots de vins qui auraient été versés à des employés de Petrobras par SBM Offshore pour obtenir des contrats de location de plateformes pétrolières.

L'entreprise hollandaise fait déjà l'objet d'une enquête en Grande-Bretagne et aux États-Unis pour des versements de pots de vin à des entreprises d'autres pays, selon le quotidien économique brésilien Valor.

Dans un autre communiqué publié lundi dans la presse, Petrobras confirme avoir créé une commission interne le 24 mars pour enquêter sur l'achat douteux de la raffinerie Pasadena au Texas "qui a 45 jours pour fournir son rapport".

Selon le gouvernement, mis à mal par cette affaire en pleine année électorale et alors que l'opposition fait tout pour ouvrir une enquête au Parlement, l'acquisition de la raffinerie Pasadena en 2006 a été autorisée sur la base "d'un rapport incomplet et erroné". Il s'est avéré par la suite qu'elle a été surfacturée.

L'actuelle présidente Dilma Rousseff qui se trouvait à l'époque à la tête du Conseil d'administration (CA) de Petrobras a autorisé le paiement de 370 millions de dollars à son partenaire belge Astra Oil Trading pour acquérir 50% de la raffinerie.

D'après le quotidien Estado de Sao Paulo, Astra Oil Trading avait acheté la raffinerie un an plus tôt pour 42,5 millions de dollars seulement.

La situation s'est aggravée quand, deux ans après (en 2008), Petrobras a dû racheter l'autre moitié de la raffinerie, selon une clause du contrat qui l'obligeait à le faire en cas de mésentente entre les actionnaires.

Après avoir perdu un procès d'arbitrage aux Etats-Unis, Petrobras a fini par débourser 1,1 milliard de dollars pour acheter la totalité de la raffinerie, amendes et intérêts inclus.

La facture a été payée en 2012 et a attiré l'attention de la justice.

cdo/hdz/bir