Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Vol MH370: nouvelle journée de recherches infructueuses (VIDÉO)

PERTH, Australie - Des objets oranges repérés par un des avions qui tentent de retrouver le Boeing malaisien disparu depuis le 8 mars n'étaient finalement que de l'équipement de pêche, ont indiqué lundi des responsables australiens.

Il s'agit de la plus récente fausse piste à être suivie pendant une enquête qui dure depuis plusieurs semaines mais qui se poursuivra aussi longtemps que nécessaire, selon ce qu'a promis le premier ministre australien Tony Abbott.

L'équipage d'un avion P-3 Orion australien avait repéré dimanche au moins quatre objets oranges d'une taille de plus de deux mètres, et le pilote avait alors affirmé qu'il s'agissait de la piste la plus intriguante à ce jour. Mais lundi, un responsable de l'Agence australienne de sécurité maritime a indiqué qu'une analyse plus poussée de ces objets a permis de «déterminer qu'ils n'ont rien à voir avec le vol disparu».

M. Abbott a admis, lundi, que les recherches sont incroyablement complexes, avant d'ajouter que les responsables sont «très, très loin» d'être prêts à réduire l'ampleur de l'opération.

Le premier ministre malaisien Najib Razak est attendu à Perth mercredi, pour être témoin en personne des efforts déployés.

«C'est une opération incroyablement difficile (...). Nous fouillons un vaste secteur de l'océan à partir d'informations très minimes, a dit M. Abbott, avant d'ajouter que les meilleurs cerveaux et les meilleures technologies du monde ont été mobilisés. S'il est possible de rédoudre cette énigme, nous la résoudrons.»

Il a précisé que l'opération fonctionne avec des données approximatives «en attendant que nous retrouvions des débris de l'appareil et nous ferons ensuite une analyse de régression qui nous permettra de déterminer où l'avion s'est abîmé dans l'océan».

Dix avions et 11 navires ont fouillé lundi une zone de plus de 250 000 kilomètres carrés, à 1850 kilomètres à l'ouest de l'Australie. Les avions mettent cinq heures à faire l'aller-retour entre l'Australie et la région, ce qui leur permet de rester sur place pendant cinq heures.

L'ancien chef de la Défense australienne, Angus Houston, a pris lundi la tête d'une nouvelle agence de coordination des opérations de recherche. Cela permettra à l'Australie de prendre en charge une bonne partie des responsabilités qui reviennent actuellement à la Malaisie.

M. Abbott a dit n'avoir imposé aucun échéancier aux recherches. «Nous devons à tous de faire tout ce que nous pouvons raisonnablement faire et nous pouvons continuer à chercher pendant encore un bon moment (...) et, comme je l'ai dit, l'intensité de notre recherche et l'ampleur de nos opérations vont en augmentant et non en diminuant.»

Un navire de guerre australien équipé d'un appareil américain de détection des enregistreurs de bord, l'Ocean Shield, a quitté Perth lundi soir et est attendu dans la zone de recherche d'ici trois ou quatre jours.

Pendant ce temps, en Chine, les médias officiels ont demandé à la population de réagir «rationnellement» à la disparition du vol MH370, après de nombreuses démonstrations de la part de proches des passagers qui accusent les autorités malaisiennes d'avoir bâclé l'enquête. Des dizaines de personnes se sont rendues en Malaisie dimanche pour manifester bruyamment.

INOLTRE SU HUFFPOST

Vol MH370: manifestation des proches des victimes

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.