NOUVELLES
31/03/2014 06:21 EDT | Actualisé 31/05/2014 05:12 EDT

Aucune trace de la campagne électorale dans les communautés innues

Dans la communauté innue de Uashat-Maliotenam, à Sept-Îles, on ne retrouve aucune trace de la campagne électorale provinciale.

Il n'y a aucune pancarte de candidats en vue dans cette communauté qui compte pourtant plus de 1500 électeurs inscrits. Aucun parti politique n'a affiché ses couleurs dans la communauté innue la plus importante de la Côte-Nord.

Ces dernières semaines, les principaux partis politiques ont très peu abordé l'épineuse question des relations entre Québec et les Premières nations. Sur la Côte-Nord et au Saguenay, à peine 17 % des membres des neuf communautés innues ont voté aux dernières élections. Les Autochtones se sentent-ils interpellés par les élections au Québec?

Un sujet délicat

Dans la circonscription de Duplessis, les Innus constituent près de 10 % des électeurs. Or, seulement 14 % d'entre eux ont voté au scrutin provincial de 2012.

Pour Réginald Vollant, directeur général de la radio communautaire CKAU de Uashat-Maliotenam, le « dossier autochtone » s'avère délicat pour les partis politiques.

« On sent, peu importe le candidat, peu importe le parti, que le dossier autochtone, c'est: "Oh, attendez un peu là, c'est compliqué, ce n'est pas facile" », dit-il.

L'importance du Conseil de bande

Les Innus entretiennent toutefois un véritable lien politique avec leur chef et ses conseillers. Les chiffres sont criants de vérité : le taux de participation lors des deux dernières élections du Conseil de bande Uashat-Maliotenam a dépassé les 80 %.

L'autre référendum

Le scrutin qui préoccupe la communauté innue se tiendra quelques jours après les élections provinciales. Par voie référendaire, les Innus de la région de Sept-Îles décideront du sort qu'ils réservent à l'entente de principe signée par leur conseil de bande et Hydro-Québec. Cette entente, d'une valeur de 75 millions de dollars, concerne principalement les droits de passage des lignes de transport du projet hydroélectrique de la Romaine.

Selon Jean-Claude Therrien-Pinette, directeur du bureau des droits et territoires du Conseil de bande d'Uashat-Maliotenam, l'objectif des communautés innues est de développer une propre « autonomie gouvernementale ».

Pour bien des Innus, le dialogue avec Québec doit s'effectuer de nation à nation plutôt que par voie électorale.