Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

RDC : le journal Congo News dénonce sa suspension pour trois semaines

Le journal Congo News a annoncé dimanche être visé par une mesure de suspension de trois semaines prise à son encontre par les autorités de la République démocratique du Congo.

"Les gens du CSAC [Conseil supérieur de l'audiovisuel et de la communication, l'autorité congolaise de régulation des médias, NDLR] ont suspendu mon journal pour 21 jours", a déclaré à l'AFP Mike Mukebayi Nkoso, propriétaire de ce bi-hebdomadaire tirant à un millier d'exemplaires environ.

Le journal a présenté à l'AFP la copie d'un document à l'en-tête du CSAC justifiant cette "suspension à titre conservatoire" par la publication, dans l'édition de Congo News du 25 mars d'un article "faisant état d'une prétendue rencontre secrète entre l'épouse de M. Etienne Tshisekedi et une personnalité proche du chef de l'Etat".

Rival politique du président congolais Joseph Kabila, M. Tshisekedi estime être le vainqueur de la présidentielle de 2011, marquée par des fraudes massives dénoncées par l'opposition congolaise et la communauté internationale et s'est proclamé depuis lors "président élu" de la RDC.

Le CSAC n'avait pu être joint dimanche pour confirmer l'authenticité du document produit par Congo News.

Le directeur de publication du journal, John Tshingombe Lukusa, a publié un communiqué faisant part de son "indignation" et de la détermination de Congo News à continuer de paraître normalement.

Compte tenu du prix du papier et de leur coût de fabrique, les journaux sont un luxe inaccessible pour la plupart de la population congolaise, qui vit dans une misère profonde. Le tirage des plus grands quotidiens du pays ne dépasse pas les quelques milliers d'exemplaires et leur aire de diffusion ne dépasse guère de la capitale, Kinshasa.

mj/hm

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.