Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les Turcs aux urnes pour des élections locales décisives pour le régime Erdogan

Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, contesté dans la rue et éclaboussé depuis des mois par de graves accusations de corruption, joue dimanche son avenir à la tête de la Turquie lors d'élections municipales aux allures de référendum.

Dans un pays chauffé à blanc par les polémiques, plus de 52 millions de Turcs ont commencé à voter à 05H00 GMT pour élire leurs maires. Les bureaux de vote doivent fermer leurs portes à 15H00 GMT et les premiers résultats être proclamés en soirée.

Dans un climat pollué par les affaires politico-financières visant le régime, ce scrutin s'est transformé en vote de confiance pour M. Erdogan.

Après douze ans de règne sans partage à la tête du pays, le chef du gouvernement est devenu son personnage le plus controversé: acclamé par ses partisans comme l'artisan de l'impressionnant développement économique turc mais dénoncé par ceux qui lui reprochent sa dérive islamiste et autoritaire.

Le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir, qui a remporté toutes les élections depuis 2002, devrait finir en tête du scrutin au niveau national, mais nettement en-dessous des 50% des suffrages obtenus aux législatives de 2011.

L'ampleur du score de l'AKP et le sort des deux plus grandes villes du pays, Istanbul et Ankara, devrait déterminer la stratégie à venir de M. Erdogan, dont le troisième et dernier mandat de Premier ministre s'achève en 2015.

Tôt dimanche matin, les Turcs se sont déplacés en masse pour aller voter.

"J'espère que les électeurs ne vont pas se prononcer pour un gouvernement corrompu. Il est temps d'ouvrir un nouveau chapitre, propre, de l'histoire de la Turquie", a confié à l'AFP Ekrem Tüter, 63 ans, en glissant son bulletin dans l'urne dans le quartier résidentiel ankariote de Yildiz, un bastion de l'opposition.

"La nation va donner sa réponse" aux "mains sales" qui complotent contre le régime, a assuré dans l'autre camp le quotidien progovernemental Yeni Safak.

A l'issue d'une campagne longue et tendue, la Turquie paraît divisée comme jamais.

Fidèle à sa rhétorique agressive, M. Erdogan a appelé samedi ses troupes à donner une "grosse claque" à ses rivaux. "Il nous faut laver la classe politique de ceux qui la salissent", lui a rétorqué le chef du CHP, Kemal Kiliçdaroglu.

Encore au faîte de sa puissance il y a un an, le "grand homme", comme l'appellent ses partisans, le "sultan", comme le raillent ses rivaux, a connu un premier coup de semonce en juin 2013, lorsque des millions de Turcs ont exigé sa démission dans la rue.

Depuis plus de trois mois, il est à nouveau sérieusement mis à mal par de graves accusations de corruption qui éclaboussent tout son entourage.

En riposte, M. Erdogan a durci son discours pour mobiliser son camp et déclaré la guerre à ses anciens alliés de la confrérie Gülen, des "espions" et des "traîtres" soupçonnés de distiller sur internet des écoutes téléphoniques à charge pour le régime.

Cette lutte fratricide a culminé jeudi avec la diffusion sur les réseaux sociaux du compte-rendu d'une réunion où le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu et le chef des services de renseignements (MIT) Hakan Fidan évoquent une entrée en guerre de la Turquie contre la Syrie, avec des arrières-pensées électorales embarrassantes.

Malmenés par ces révélations en cascade, le gouvernement et son chef ont répondu par des purges et des mesures autoritaires, notamment le blocage des réseaux sociaux Twitter et YouTube qui leur ont valu une pluie de critiques.

Sûr du soutien d'un majorité de Turcs, notamment dans ses bastions du coeur de l'Anatolie pieuse et modeste, M. Erdogan est déterminé à se maintenir au pouvoir.

Une large victoire dimanche, improbable, peut le décider à briguer en août la présidence de la République, disputée pour la première fois au suffrage universel direct. Un score plus serré l'inclinerait plutôt de prolonger son mandat à la tête du gouvernement lors des législatives de 2015, au prix d'une modification des statuts de l'AKP.

De l'avis de tous les analystes, ce scrutin municipal ne devrait pas permettre d'apaiser les tensions qui agitent le pays depuis des mois.

"Qu'Erdogan reste au-delà de 2015 ou pas, les dégâts provoqués par cette crise sont immenses et ne seront pas réparés facilement", juge Brent Sasley, chercheur à l'université du Texas, "la politique de la peur et de la conspiration semble plus enracinée que jamais dans la vie politique turque".

BA-pa/pt

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.