Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Legault veut que les familles consomment plus

François Legault souhaite que les familles québécoises, « étouffées » par leurs dettes, puissent consommer davantage. C'est pourquoi il promet de réduire leur fardeau fiscal afin de leur donner une plus grande marge de manœuvre, a-t-il expliqué dimanche matin à Portneuf, dans la région de Québec.

Le chef de la Coalition avenir Québec s'engage depuis le début de la campagne électorale à réduire de 1000 $ le fardeau fiscal des familles en abolissant la taxe santé et la taxe scolaire. Dimanche, il a détaillé son échéancier pour y parvenir.

« Un gouvernement de la CAQ déposerait dès le mois de mai un nouveau budget 2014-2015 et tous ceux qui gagnent moins de 45 000 $ par année ne paieront plus de taxe santé. L'année suivante, deuxième budget : il n'y aura plus de taxe santé pour tous les Québécois. Troisième budget : la moitié de la taxe scolaire sera abolie et quatrième budget : il n'y aura plus au Québec ni de taxe santé, ni de taxe scolaire », a déclaré François Legault.

S'il est élu et qu'il peut mettre en œuvre ce plan, le chef de la CAQ s'attend à ce qu'à terme, les familles qui disposent de 1000 $ de plus soient à la fois capables « d'avoir une petite réduction de leur dette » et de « se payer de petits plaisirs ». Actuellement, dit-il, les Québécois ne peuvent faire ni l'un ni l'autre.

Selon l'analyse de François Legault, le fardeau fiscal des ménages « les étouffe et vient nuire de façon importante à la consommation des familles et donc à l'économie du Québec ».

« Moi, je fais confiance aux Québécois. Si on leur donne de la marge de manœuvre, ils vont recommencer à consommer », dit-il.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.