Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le Soudan accuse l'UE de vouloir "diviser" l'Afrique

Le Soudan a accusé dimanche l'Union européenne de tenter de diviser l'Afrique, après que l'UE a refusé d'inviter le président soudanais Omar el-Béchir au sommet Union africaine-UE qui doit se tenir les 2 et 3 avril à Bruxelles.

M. Béchir fait l'objet de mandats d'arrêt datant de 2009 et 2010 de la Cour pénale internationale pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide dans le conflit du Darfour, une vaste région de l'ouest du Soudan.

"Le président Béchir n'a toujours pas reçu d'invitation au sommet", a déclaré le ministre soudanais des Affaires étrangères dans un communiqué.

Sont conviés à Bruxelles 90 pays européens et africains, en présence de 65 chefs d'Etat ou de gouvernement.

"En envoyant des invitations à certains dirigeants africains et pas à d'autres, l'Union européenne essaye de diviser l'Union africaine", a ajouté le ministre.

Un représentant de Bruxelles avait auparavant indiqué que l'Union africaine était libre d'inviter Omar el-Béchir, bien que l'UE lui ait refusé une invitation.

Une source au sein de l'Union européenne avait affirmé vendredi que l'UE avait invité "le gouvernement du Soudan", même si la question de la présence ou non du président Béchir restait en suspens.

Le Zimbabwe a de son côté annoncé vendredi qu'il boycotterait le sommet, l'épouse du président Robert Mugabe n'ayant pas obtenu de visa pour se rendre en Europe.

Outre le refus de visa pour Mme Mugabe, Harare a reproché à l'Union européenne de ne pas avoir invité tous les dirigeants de l'UA, notamment M. Béchir.

Réagissant à ces déclarations, la source au sein de l'UE était restée sereine, affirmant qu'elle ne "voyait pas de risque" de boycott du sommet.

str-it/cbo/cco

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.