Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Langue : Couillard dit avoir cité la loi 101 au débat des chefs

Philippe Couillard ne regrette pas les propos qu'il a tenus sur la langue au débat des chefs, lorsqu'il a dit qu'il est important pour des ouvriers d'apprendre l'anglais.

Un texte de Lili Boisvert

« J'ai juste cité une partie de la loi 101. La loi 101 dit que pour certains postes dans une compagnie, il doit y avoir de la latitude pour avoir des employés bilingues », a dit le chef du Parti libéral dimanche.

Lors du débat de jeudi soir, M. Couillard a affirmé qu'il était important pour les travailleurs de parler anglais. « Même sur les planchers d'usine, ça devient de plus en plus important », a-t-il déclaré, donnant en exemple un client anglophone qui viendrait sur les lieux et poserait des questions.

Le chef libéral ne croit pas que ses propos lui nuiront dans le cadre de la campagne. « Les gens ont du bon sens. Ils savent que si on veut faire croître une entreprise au Québec et si on veut exporter, il faut pouvoir être capable de parler avec les clients », dit-il.

« Les gens ont le droit de travailler en français au Québec et ils vont toujours insister pour que ce droit soit respecté. Mais pour une compagnie qui doit exporter et évoluer à l'extérieur du Québec, il faut avoir des employés capables de communiquer », estime-t-il.

Pour défendre la langue française, Philippe Couillard dit adopter une approche qui s'appuie d'abord sur « l'application rigoureuse de la loi 101 telle qu'elle existe », et sur des mesures d'accompagnement, d'incitation et de promotion auprès des entreprises, dans un deuxième temps. Il cite à titre d'exemple les agents de francisation des chambres de commerce qui incite les entreprises à se franciser sur une base volontaire et les accompagne dans leur démarche.

La chef péquiste Pauline Marois reproche depuis à M. Couillard de ne pas être un gardien du français, alors que la CSN et la FTQ l'accusent de faire preuve « d'aplaventrisme » au sujet de la langue de travail au Québec.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.