Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Israël: le sort des négociations de paix se jouera dans les prochains jours (Netanyahu)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé dimanche que le sort des négociations de paix avec les Palestiniens, en grande difficulté, serait scellé dans les prochains jours, rapportent les médias israéliens.

Ces déclarations surviennent alors que le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'efforce d'empêcher la rupture des pourparlers, compromis par un sérieux contentieux sur la libération de prisonniers palestiniens par Israël.

"Cela pourrait être une question de jours. Ou bien nous résolvons le problème ou bien le processus explosera", a déclaré Benjamin Netanyahu aux ministres du Likoud (droite nationaliste), son parti, avant la réunion hebdomadaire du gouvernement.

Les efforts diplomatiques américains se sont compliqués en raison du refus israélien de procéder samedi comme prévu à la libération d'un groupe de 26 prisonniers palestiniens dans le cadre du processus de paix.

La partie américaine a été informée vendredi par Israël que ces libérations n'interviendraient pas.

Washington tente de convaincre Israéliens et Palestiniens de prolonger jusqu'à la fin de l'année ces négociations de paix qui, après bientôt de neuf mois, n'ont permis aucun déblocage.

"Quoi qu'il arrive, il n'y aura aucun accord tant qu'Israël ne saura pas clairement ce qu'il gagnera en échange. Et si accord il y a, il sera soumis au vote du cabinet pour approbation", a précisé dimanche Benjamin Netanyahu, cité par les médias.

Coté palestinien, le président Mahmoud Abbas a affirmé à plusieurs reprises qu'il refusait toute discussion sur une éventuelle prolongation des pourparlers tant que le dernier contingent de prisonniers n'aura pas été relâché.

Un responsable du comité central du Fatah, le parti du président Abbas a affirmé dimanche que la suite à donner à ces pourparlers en crise sera décidée lundi lors d'une réunion des dirigeants palestiniens.

"Je crois qu'Abu Mazen [Mahmoud Abbas) a donné aux Israéliens jusqu'à demain pour répondre. Le cas échéant, les Palestiniens prendront les décisions qui s'imposent quant à la poursuite des négociations", a déclaré ce responsable,Mohammed Shtayeh à la radio officielle, Voix de la Palestine.

Selon l'accord signé par les deux parties au moment de la reprise des négociations en juillet, la direction palestinienne s'engageait à suspendre pendant neuf mois toute démarche d'adhésion aux organisations internationales, y compris à des instances judiciaires susceptibles de poursuivre Israël, en échange de la libération en quatre phases de 104 prisonniers par Israël. 78 ont déjà été libérés.

"Israël essaie désormais de nous faire payer le prix de la libération de ce quatrième groupe en exerçant le plus grand chantage possible. Mais nous ne céderons pas à ce genre d'extorsion", a indiqué Mohammed Shtayeh.

Côté israélien, un haut responsable gouvernemental a accusé samedi soir les Palestiniens de "créer des difficultés".

La porte-parole du département d'Etat, Jennifer Psaki a démenti que les négociations aient capoté, assurant que la diplomatie américaine "continue à travailler intensivement avec les deux parties".

hmw-dar/hj

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.