NOUVELLES
29/03/2014 11:16 EDT | Actualisé 29/05/2014 05:12 EDT

Vol MH370: l'Australie nomme l'ancien chef des armées pour coordonner les recherches

L'Australie a nommé l'ancien chef de ses forces armées pour coordonner les opérations de recherche du vol MH370 disparu il y a trois semaines, dans le sud de l'océan Indien, a indiqué le Premier ministre dimanche.

Angus Houston coordonnera les opérations qui se déroulent en mer, à quelque 1.850 km au sud-ouest de Perth (côte ouest de l'Australie) et auxquelles participent navires et avions militaires de sept nations: l'Australie, la Chine, la Malaisie, le Japon, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud et les Etats-Unis.

La Malaisie reste responsable de l'enquête. Mais "si les responsabilités (de l'Australie) devaient s'accroître au fur et à mesure, personne n'est mieux placé qu'Angus pour coordonner et effectuer la liaison entre le nombre significatif de pays impliqués" dans ces opérations, a déclaré le Premier ministre australien Tony Abbott.

Le 8 mars, le vol MH370 parti de Kuala Lumpur pour Pékin avec 239 personnes à bord a, pour une raison inconnue, dévié de son plan de vol et mis cap sur l'ouest, survolant la Malaisie péninsulaire, vers le détroit de Malacca. Les radars l'ont perdu à ce moment-là.

On sait que l'avion a continué à voler pendant plusieurs heures vers le Sud, dans l'océan Indien. La Malaisie a officiellement annoncé le 25 mars qu'il avait "fini dans le sud de l'océan Indien" sans qu'aucun élément matériel n'ait confirmé ce scénario.

Angus Houston, qui a dirigé les armées australiennes de 2005 à 2011, a été nommé à la tête d'une nouvelle entité, le centre de coordination des agences (JACC), qui sera basée à Perth.

Le JACC veillera à ce que les recherches s'accompagnent de liens solides avec toutes les parties impliquées dans cette affaire, dont les familles des passagers, a ajouté le Premier ministre.

Le centre sera le point de convergence pour les familles, qui pourront y trouver les dernières informations, une assistance si elles souhaitent se rendre en Australie, et des services de traduction et d'aide psychologique.

Les recherches ont été étendues en fin de semaine à une nouvelle zone, vaste de 319.000 km2, après de nouveaux calculs de trajectoire de l'avion qui serait tombé dans l'océan Indien, à court de carburant, plus tôt qu'estimé auparavant.

Pour le moment, des débris ramassés par les navires scrutant la mer ne provenaient pas du Boeing 777 de Malaysia Airlines. "Il semble que ce soit du matériel de pêche et des déchets qui flottent à la surface de l'océan", a indiqué un porte-parole de l'Austorité australienne de surveillance maritime.

bur-ns/fmp/mpd