NOUVELLES
29/03/2014 01:23 EDT | Actualisé 29/05/2014 05:12 EDT

Loukachenko rencontre le président ukrainien et parle non-agression

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a accueilli samedi le président ukrainien par intérim pour une rencontre impromptue, à l'issue de laquelle Olexandre Tourtchinov l'a remercié pour son engagement de non-agression.

"Pour nous, la position du président biélorusse, de la république biélorusse, qu'il n'y aura jamais d'agression depuis le territoire biélorusse contre l'Ukraine, y compris de la part d'un pays tiers, est très importante", a souligné le président ukrainien.

La rencontre avec Olexandre Tourtchinov s'est tenue dans la résidence du président biélorusse près de la frontière ukrainienne, ont indiqué les services de la présidence.

Le chef de l'État biélorusse a précisé qu'il avait pu avec son homologue s'entendre "sur les problèmes et les points qui nous inquiétaient", selon son service de presse.

"Nous ne devons pas nous voir les uns les autres comme des adversaires ou des ennemis, on ne peut même pas penser comme cela. Nous avons toujours considéré les Ukrainiens comme des frères", a déclaré M. Loukachenko.

Le Belarus a fait partie des onze pays qui ont voté jeudi contre une résolution soutenant l'intégrité territoriale de l'Ukraine et condamnant le rattachement de la péninsule de Crimée au territoire russe.

Alexandre Loukachenko, qui a reconnu le rattachement "de facto" de la Crimée à la Russie, a déclaré à la télévision ukrainienne vendredi qu'il avait déjà eu une conversation téléphonique avec Vitali Klitschko, candidat à l'élection présidentielle ukrainienne qui s'est finalement désisté, et qu'il espérait construire une relation amicale avec ce pays.

Le Belarus est étroitement dépendant des approvisionnements de gaz et pétrole russes et fait partie de l'Union douanière promue par la Russie et qui comprend aussi le Kazakhstan.

Le président biélorusse, que Washington a décrit comme le dernier dictateur d'Europe, pourrait, selon les experts, être inquiet d'éventuelles revendications russes sur les territoires russophones.

bur-zak/lgo/ai