NOUVELLES
29/03/2014 11:19 EDT | Actualisé 29/05/2014 05:12 EDT

Des dizaines de milliers de personnes manifestent à Bangkok, en Thaïlande

BANGKOK - Des dizaines de milliers de protestataires anti-gouvernementaux ont défilé dans les rues de la capitale thaïlandaise, samedi, bloquant de nouveau la circulation pour pousser la première ministre à la démission.

Cette manifestation survient après un temps mort dans la campagne des opposants au gouvernement, ainsi que dans la foulée d'inquiétudes liées à d'éventuelles violences entre les opposants et les partisans de la première ministre Yingluck Shinawatra. L'événement se produit également à la veille d'importantes élections sénatoriales.

Les opposants de Mme Yingluck ont tenté une série de tactiques, au cours des quatre derniers mois, pour la pousser à partir. Ils ont bloqué les principales intersections de Bangkok, ont pris d'assaut des bâtiments gouvernementaux, et, plus récemment, ont transformé le grand parc municipal Lumpini en un quartier général aux allures de bric-à-brac rempli de tentes et de sacs de couchage.

Les manifestants soutiennent que Mme Yingluck sert de marionnette à son frère, l'ancien premier ministre Thaksin Shinawatra, qui a été renversé lors d'un coup d'État en 2006 après avoir été accusée de corruption et d'abus de pouvoir.

Un groupe de plusieurs centaines de protestataires ont réussi à s'infiltrer dans le complexe des bureaux de la première ministre. L'endroit est largement déserté par des responsables depuis le début des manifestants.

Il s'agit du premier rassemblement d'envergure depuis que la Cour constitutionnelle a tranché, le 21 mars, en faveur de l'annulation des résultats des élections générales du mois dernier, un jugement salué par les protestataires et critiqué par les partisans de Mme Yingluck comme la plus récente preuve d'un biais judiciaire contre elle.

Des responsables politiques ont indiqué qu'il faudrait au moins trois mois pour tenir un nouveau scrutin, prolongeant d'autant la paralysie politique du pays.