NOUVELLES
28/03/2014 11:34 EDT | Actualisé 28/05/2014 05:12 EDT

Un homme ouvre le feu dans un tribunal en Ontario, et est tué par la police

BRAMPTON, Ont. - Un homme armé a blessé un policier par balle, vendredi matin, au palais de justice de Brampton, en Ontario, avant d'être tué par la police.

L'agent Mike Klarenbeek, comptant 30 ans d'expérience, assurait la sécurité au tribunal lorsqu'il a été atteint par balle. Il se trouvait en après-midi dans un «état stable», a indiqué la Police régionale de Peel.

L'affrontement a commencé lorsqu'un homme est entré dans le palais de justice aux environs de 11 h et a tiré avec son arme. Le sergent Dan Richardson a affirmé que le policier avait «subi une blessure par balle et que le suspect est mort», ajoutant que ce dernier était un résidant de Brampton.

L'Unité des enquêtes spéciales (UES) de l'Ontario — qui se charge désormais de l'enquête — a mentionné que le tireur avait été atteint par d'autres policiers, et que son décès avait été constaté sur les lieux. Le policier blessé a été admis dans un centre de traumatologie de Toronto.

Le palais de justice a été bouclé peu après la fusillade, faisant en sorte de maintenir à l'intérieur plusieurs personnes ébranlées par ce qui venait de se produire.

L'agente Fiona Thivierge, de la Police régionale de Peel, a indiqué que les coups de feu avaient été tirés à l'intérieur du palais de justice.

Une porte-parole de l'UES a précisé que l'homme avait tiré à partir de la zone de contrôle de la sécurité. L'UES est appelée à intervenir dans les cas où des policiers sont impliqués dans une intervention ayant causé des blessures graves ou la mort d'une personne.

L'affaire a d'abord été signalée par des témoins sur les réseaux sociaux. Plusieurs personnes ont transmis des messages sur Twitter depuis le palais de justice aux environs de 11 h, disant avoir entendu des coups de feu et indiquant que l'édifice avait été bouclé. Sangeeta Patel, une criminaliste, a affirmé à La Presse Canadienne qu'elle avait reçu la directive de demeurer dans son bureau par mesure de sécurité.

Alex Anderson a indiqué à La Presse Canadienne qu'il se trouvait dans un couloir du premier étage lorsqu'il a entendu un coup de feu. Le jeune homme de 22 ans a dit en avoir d'abord fait peu de cas, voyant d'autres personnes autour de lui, immobiles, s'interrogeant sur ce qu'elles venaient d'entendre. Puis, il a dit avoir entendu une série de quatre autres coups de feu, et des gens qui se mettaient à courir pour se réfugier dans la pièce la plus proche.

Le jeune homme a dit avoir vu une femme qui pleurait en parlant sur son cellulaire, affirmant qu'elle avait été témoin de ce qui était survenu. «Elle a dit que cela était arrivé tout juste devant elle, qu'un homme avait mis la main dans son imperméable et avait tiré», a relaté M. Anderson.

Il ajoutait à ce moment faire partie d'un groupe de personnes gardées dans des salles au deuxième étage en tant que témoins potentiels. «Il y a des policiers postés près de l'escalier mécanique, il y a un bon groupe de policiers devant la porte d'entrée principale, il y a un nombre incalculable de véhicules de police à l'extérieur, tout est bouclé», a dit le jeune homme.

Deux hélicoptères patrouillaient aussi le secteur.

L'UES a dit avoir assigné 15 enquêteurs et trois experts en médecine légale pour déterminer les circonstances de la fusillade.

Brampton est située au nord-ouest de Toronto, près de l'Aéroport international Lester-B.-Pearson.