NOUVELLES
28/03/2014 01:35 EDT | Actualisé 27/05/2014 05:12 EDT

Ouverture retardée de la Voie maritime 

Avec les températures hivernales qui ont engendré les conditions de navigation les plus difficiles depuis des décennies, la 56e saison de navigation dans le Saint-Laurent s'ouvrira avec un peu de retard cette année, ce qui ne devrait toutefois pas trop heurter la saison 2014 de la Voie maritime.

La Voie maritime ouvre officiellement vendredi au canal Welland, à St Catharines en Ontario. Au bout de la voie, à Montréal, l'ouverture est prévue lundi. Les deux dates affichent un retard, respectivement, de six et neuf jours par rapport à l'an dernier, ce qui fait de cette ouverture la plus tardive depuis 2009.

Après une période de réchauffement de 10 ans, cet hiver, l'un des plus rigoureux depuis des années, on a vu se former les glaces les plus épaisses depuis des dizaines d'années, selon Terence Bowles, président et chef de la direction de la Corporation de Gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent.

L'ouverture tardive de la saison de navigation est d'ailleurs une source d'inquiétude pour les expéditeurs et les clients, qui comptent sur elle pour le transport de biens commerciaux.

Parmi eux, les producteurs de céréales sont particulièrement impatients de pouvoir poursuivre l'expédition des récoltes exceptionnelles de l'an dernier, du terminal de Thunder Bay, en Ontario, vers les marchés de l'Europe, du Moyen-Orient, de l'Afrique et de l'Amérique latine.

Mais selon M. Bowles, les glaces entraîneront des délais qui auront un impact économique sur les compagnies de transport.

Les brise-glaces de la Garde côtière canadienne travaillent présentement sans relâche pour assurer un passage des Grands Lacs à Montréal.

Chaque saison, les brise-glaces des gardes côtières canadienne et américaine jouent un rôle primordial. Cette année, ils ont été appelés pour la première fois le 15 décembre, pour frayer un chemin entre Welland et les premiers barrages, à Saint-Lambert, au Québec.

L'ouverture tardive de la saison ne devrait toutefois pas empêcher la voie maritime de connaître une saison 2014 plus occupée. M. Bowles estime qu'au moins 38 millions de tonnes de biens voyageront sur la voie maritime, une augmentation de 2,7 pour cent par rapport à 2013.