NOUVELLES
28/03/2014 01:47 EDT | Actualisé 27/05/2014 05:12 EDT

Ottawa confirme le péage sur le futur pont Champlain

Le gouvernement Harper a déposé vendredi midi un nouveau projet de loi omnibus de mise en oeuvre du budget. Il inclut une section confirmant qu'Ottawa imposera un péage sur le futur pont Champlain, malgré l'opposition de Montréal, de villes de banlieue et de Québec

L'un des articles du projet de loi stipule expressément que le propriétaire d'un véhicule empruntant le pont devra payer les droits imposés sur son véhicule. Le tarif n'est cependant pas précisé.

Dans le texte du projet de loi déposé vendredi à la Chambre des communes, on peut notamment lire au sujet du nouveau pont pour le Saint-Laurent :

Le gouvernement Harper s'arroge par ailleurs le droit d'exempter le projet de certaines contraintes en cours de travaux. La portée de cette mesure, qui semble liée à la volonté d'accélérer les travaux, demeure cependant à être précisée.

Coderre frustré

Le maire de Montréal, Denis Coderre, n'a pas caché sa frustration vendredi face à la décision d'Ottawa d'aller de l'avant avec le péage, malgré les réticences des élus locaux. « C'est pas juste un pont entre deux rives, on parle de l'économie de l'est du Canada », a-t-il expliqué en conférence de presse, après une rencontre avec le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault. 

Selon lui, si un péage est instauré sur le pont Champlain, il serait inévitable d'en installer sur les autres ponts de la région, ce serait un frein important pour ceux qui voudraient aller à Montréal, croit M. Coderre.

Par cette décision, le gouvernement fédéral s'est inévitablement invité dans la campagne électorale québécoise, estime le maire de Montréal.

« C'est pas juste une affaire entre Québec et Ottawa. Les municipalités, on est là. On n'est pas une créature des provinces, on est là pour être partie prenante de la décision », a conclu M. Coderre. 

L'imposition d'un péage sur le nouveau pont Champlain est l'objet d'une vive controverse dans la grande région de Montréal. Plusieurs élus provinciaux et municipaux refusent en effet catégoriquement cette option, qui compromettrait, selon eux, le développement économique de la région. Les opposants au péage estiment aussi que faire payer les usagers du futur pont serait une injustice, car les autres ponts sur le Saint-Laurent demeureront gratuits.