NOUVELLES
28/03/2014 11:15 EDT | Actualisé 28/05/2014 05:12 EDT

Le robot Philae, passager de la sonde spatiale Rosetta, est réveillé

Philae, le robot passager de la sonde européenne Rosetta, qui doit se poser en novembre sur la comète Tchourioumov-Guérassimenko, a été réactivé avec succès vendredi comme prévu, après plus de trois ans d'hibernation.

"Un premier signal a été reçu ce jour à 15h00 (heure de Paris) au LCC, le centre de contrôle de l'atterrisseur installé à Cologne en Allemagne", a indiqué le CNES, l'agence spatiale française, dans un communiqué.

"Mon nouveau logiciel a été téléchargé parfaitement. Maintenant je vais me reposer un peu. A bientôt", avait tweeté quelques minutes auparavant Philae sur son compte @Philae2014.

Philae était éteint depuis plus de trois ans, pour réduire au minimum sa consommation d'énergie.

Vendredi, l'atterrisseur a repris contact avec la Terre, mais ce n'est qu'une première étape avant le grand saut prévu le 11 novembre, son largage sur la comète, une première dans l'histoire de l'exploration spatiale.

Ses dix instruments scientifiques (caméras, microscopes, spectromètres...) doivent encore eux aussi être réveillés un à un et leur bon fonctionnement vérifié. Un "véritable check-up" dans lequel le CNES est fortement impliqué.

La sonde Rosetta, réveillée depuis le 20 janvier, continue de son côté de s'approcher de la comète qu'elle escortera à partir de cet été vers le Soleil. Tchourioumov-Guérassimenko, qui est actuellement à quelque 650 millions de km de la terre, passera au plus près du Soleil en août 2015, tandis que la mission de Rosetta est prévue pour durer au moins jusqu'en décembre 2015.

Entre temps, en principe le 11 novembre prochain, Rosetta s'approchera entre 2 et 3 km de la comète pour y déposer Philae. Une opération très délicate, jamais encore réalisée.

Le choix du lieu d'atterrissage aura été soigneusement préparé, mais la nature du terrain restera une surprise. Les ingénieurs ont prévu deux harpons pour que le petit robot puisse s'ancrer solidement.

Si tout se passe bien, Philae aura une espérance de vie de 4 à 6 mois sur la comète, avant de tomber en panne sous l'effet de la chaleur du Soleil.

Sa mission est d'explorer le noyau de la comète, sa structure interne, sa nature et sa composition. Les scientifiques attendent beaucoup de l'exploration des molécules complexes, qui pourraient être à l'origine de la vie sur Terre.

"La mission Rosetta est l'événement majeur du spatial en 2014", a souligné Jean-Yves Le Gall, le président du CNES. "Plus de 10 ans se sont écoulés depuis le lancement de Rosetta et aujourd'hui, tout semble fonctionner à merveille, c'est une véritable prouesse technologique", a-t-il ajouté.

Une vingtaine de personnes sont mobilisées au CNES à Toulouse pour la préparation de l'atterrissage de Philae.

vm/fa/pad