NOUVELLES
28/03/2014 05:44 EDT | Actualisé 28/05/2014 05:12 EDT

Le ras-le-bol des électeurs illustré en une conversation

Peu de contenu, trop d'attaques personnelles, un ton hargneux; bon nombre d'électeurs sont mécontents de l'allure générale de la campagne, par-delà les clivages partisans. En voici un qui n'a pas mâché ses mots avec la candidate péquiste dans Acadie.

Un reportage de Michel Désautels Twitter Courriel à Désautels le dimanche

Plusieurs citoyens désespèrent de voir les sujets qui leur tiennent à cœur abordés par les chefs de partis : éducation, environnement, culture, développement régional, langue, protection des aînés, fiscalité, autonomie municipale, accueil des immigrants, imputabilité et transparence, dette. La liste semble sans fin. Comment convaincre les indécis ou faire revivre la ferveur démocratique alors ces sujets sont négligés par les partis en campagne?

Sur le terrain, les candidats des différents partis tentent de prouver qu'ils sont les meilleurs pour défendre les intérêts de leurs concitoyens. Il arrive parfois qu'un électeur particulièrement bien informé manifeste son mécontentement devant le portrait que lui offre la classe politique.

C'est ce qui est arrivé le 21 mars dernier lorsque notre collègue Akli Aït Abdallah suivait Évelyne Abitbol, la candidate péquiste dans Acadie, une circonscription montréalaise. À la sortie d'un dépanneur, un homme croise la candidate.

Nous vous présenterons dans notre édition de dimanche l'intégrale de cette conversation dont voici un extrait ci-dessous. Au-delà de ses griefs envers un parti en particulier, cet homme nous semble illustrer une critique contre la politique actuelle, tous partis confondus. C'est pourquoi nous avons choisi de vous le présenter.

« On aurait dit ça des libéraux : ben oui, ça fait 150 ans que c'est incrusté dans leurs us et coutumes. Mais on n'aurait pas attendu ça d'un parti relativement récent comme le Parti québécois », a-t-il poursuivi.

Pour écouter cette discussion sur un appareil mobile, cliquez ici

Vous reconnaissez-vous dans les propos de M. Laberge? Parle-t-on des vrais enjeux dans cette campagne? Desquels voulez-vous entendre parler dans cette dernière semaine? Répondez-nous dans les commentaires ci-dessous.