NOUVELLES
27/03/2014 04:31 EDT | Actualisé 27/05/2014 05:12 EDT

Éric Daudelin est reconnu coupable du meurtre prémédité de Joleil Campeau

LAVAL, Qc - Éric Daudelin a été reconnu coupable du meurtre prémédité de la petite Joleil Campeau.

Il devra donc purger une peine de pénitencier à perpétuité, sans possibilité de libération avant 25 ans.

Le jury, composé de six femmes et autant d'hommes, a rendu son verdict jeudi en fin d'après-midi, après trois jours de délibérations, dans cette affaire remontant à juin 1995.

Daudelin a aussi été reconnu coupable d'agression sexuelle et de séquestration.

«Sous réserve de quelques vérifications à faire, pour l'instant à première vue, je crois que le jury a fait son travail. Je ne vois pas de points de droit comme tel qui auraient été transgressés par la juge ou le jury. Au contraire, je crois que c'est un jugement qui est conforme à la preuve qui a été administrée devant la juge», a déclaré Jacky-Éric Salvant, l'un des deux procureurs de la défense, laissant ainsi sous-entendre que la cause ne sera pas portée en appel.

À sa sortie de la salle d'audience, la mère de la victime, Donna Sénécal, a dit au meurtrier: «Fais ton temps parce que j’ai eu à faire mon temps».

L'ensemble du message de Mme Sénécal à Daudelin a d'ailleurs fortement impressionné Me Pierre-Luc Rolland, l'un des deux procureurs de la Couronne.

«J'ai beaucoup de difficultés à croire que cette femme-là, cette mère-là, qui a été si durement éplorée pendant toutes ces années, soit capable de livrer un message aussi empreint de sérénité comme elle l'a fait. Et c'est tout à son honneur.»

Éric Daudelin avait été arrêté en juin 2011, à Montréal, soit 16 ans après que le corps de Joleil Campeau, âgée de 9 ans au moment de sa mort, ait été retrouvé.

Grâce à une analyse de son ADN et aux aveux qu'il a fait à des enquêteurs qui se faisaient passer pour des membres d'une organisation criminelle, Daudelin avait pu être formellement accusé de meurtre prémédité, d'agression sexuelle et de séquestration.

Éric Daudelin avait plaidé non coupable à chacun des trois chefs d'accusation, reniant ses aveux qu'il a dit avoir fait pour satisfaire son employeur. Il a aussi accusé les policiers d'avoir eux-mêmes placé la preuve ADN sur l'enfant.

Le corps de Joleil Campeau avait été retrouvé dans un marais près de sa résidence dans le quartier Auteuil, à Laval, le 16 juin 1995. La fillette était disparue quelques jours auparavant.

Éric Daudelin, qui a des antécédents judiciaires, résidait dans le nord de Laval au moment du crime, non loin du secteur où la petite fille habitait.