NOUVELLES
27/03/2014 11:45 EDT | Actualisé 27/05/2014 05:12 EDT

Obama salue l'aide du FMI à l'Ukraine, un "grand pas en avant"

Le président des Etats-Unis Barack Obama a salué jeudi l'aide massive consentie à l'Ukraine par le Fonds monétaire international, estimant qu'il s'agissait d'un "grand pas en avant".

Cette aide "importante aidera à stabiliser l'économie et à répondre aux besoins des Ukrainiens à long terme, parce qu'elle offre la perspective d'une vraie croissance", a estimé M. Obama au cours d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre italien Matteo Renzi à Rome.

Le Fonds monétaire international a annoncé jeudi à Kiev qu'il allait accorder à l'Ukraine une aide située entre 14 et 18 milliards de dollars, liée à une hausse du prix du gaz et au gel des retraites et salaires des fonctionnaires.

L'aide totale de la communauté internationale à l'Ukraine s'élèvera à 27 milliards de dollars sur deux ans, a indiqué un représentant du FMI pendant une conférence de presse.

Le président Obama a aussi félicité le Premier ministre intérimaire ukrainien Arseni Iatseniouk pour ses efforts actuels et reconnu que "la décision d'adopter un plan du FMI (...) va demander beaucoup de courage".

Mais il a aussi assuré penser que les Ukrainiens avaient montré qu'ils en avaient eu assez "des mêmes pratiques de corruption (et) d'une économie qui était totalement inefficace" en destituant le président Viktor Ianoukovitch.

"Je pense que ce que les Ukrainiens veulent, c'est un meilleur avenir, même si cela requiert quelques changements à court terme vis-à-vis des pratiques précédentes", a encore dit le président américain.

L'application du plan du FMI "demandera des réformes structurelles, mais cela veut dire que l'Ukraine peut s'engager dans la voie que des pays comme la Pologne ont été en mesure d'emprunter et de constater une croissance très importante ces dernières années", a-t-il estimé.

M. Obama a saisi cette occasion pour demander au Congrès américain d'adopter le principe d'une garantie sur prêts d'un milliard de dollars à l'Ukraine.

M. Renzi, de son côté, a aussi offert le soutien de l'Italie à l'Ukraine, même si l'économie de son pays est encore convalescente après une grave crise.

"Nous pouvons faire face à une possible crise énergétique", a assuré le chef du gouvernement, qui a pris ses fonctions il y a à peine un mois, allusion aux approvisionnements de gaz russe desquels dépend l'Europe.

jkb-tq/jlv/bds