NOUVELLES
27/03/2014 11:00 EDT | Actualisé 27/05/2014 05:12 EDT

Obama en Arabie sur fond de divergences sur la Syrie et l'Iran

L'Arabie saoudite accueille vendredi le président américain Barack Obama sur fond de divergences sur les dossiers syrien et iranien, qui mettent à mal l'alliance historique entre les deux pays.

M. Obama, qui a quitté en fin de matinée Rome pour Ryad, dernière étape d'une tournée l'ayant mené aux Pays-Bas, en Belgique et en Italie, doit rencontrer le souverain saoudien Abdallah au cours de ce séjour de moins de 24 heures.

Depuis sa première visite en 2009 en Arabie, l'un des principaux alliés de Washington au Moyen-Orient, la relation s'est dégradée entre les deux pays, Ryad reprochant notamment à Washington son attitude non interventionniste en Syrie et son ouverture vers l'Iran.

Les relations saoudo-américaines, qui remontent à sept décennies, "connaissent des tensions en raison des positions de Washington" au Moyen-Orient, a déclaré à l'AFP Abdelaziz al-Saqr, directeur du Gulf Research Centre.

Cet analyste, proche des milieux politiques saoudiens, a averti que le récent rapprochement opéré par Washington avec Téhéran ne devait "pas se faire aux dépens de ses relations avec Ryad".

L'Arabie saoudite voit d'un mauvais oeil l'accord de novembre 2013 sur le nucléaire iranien, qui prévoit un gel partiel du programme atomique de la République islamique en échange d'un allégement des sanctions économiques frappant ce pays.

S'agissant du conflit en Syrie, où Ryad soutient la rébellion en guerre contre le régime de Bachar al-Assad, le souverain saoudien défendra de nouveau "avec insistance la question de l'armement de l'opposition", a souligné M. Saqr.

Pour Khaled al-Dekhil, un autre analyste saoudien, "le fossé est tellement grand" entre Ryad et Washington que M. Obama ne fera que tenter de "tempérer les craintes des Saoudiens concernant l'Iran et la sécurité régionale".

L'Arabie saoudite, chef de file des monarchies du Golfe, dirigées par des dynasties sunnites, redoute qu'un désengagement des Etats-Unis du Moyen-Orient et l'ouverture américaine sur l'Iran n'encouragent les ambitions régionales de son rival chiite.

Le conflit en Syrie, déclenché dans la foulée du Printemps arabe, a cristallisé cette rivalité entre les monarchies du Golfe, grands financiers de la rébellion syrienne, et l'Iran, principal allié du régime de Bachar al-Assad, qui appartient à la minorité alaouite, une confession issue du chiisme.

- 'Malentendus' -

Ces divergences "ont tendu les relations (saoudo-américaines) mais sans conduire pour autant à une rupture", souligne cependant Anwar Eshqi, chef du Centre du Moyen-Orient pour les Etudes stratégiques, basé à Jeddah.

L'universitaire américain Paul Sullivan, un spécialiste des questions de sécurité et d'énergie, estime que la visite de M. Obama devrait contribuer à "assainir le climat au sujet de (ces) malentendus", mais sans s'attendre à "des changements politiques majeurs" entre les deux pays.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, avait d'ailleurs évoqué, avant le début de la tournée de M. Obama, une relation "profonde" avec Ryad, ajoutant que "quels que soient nos différends, cela ne change rien au fait qu'il s'agit d'une relation très importante et étroite".

Mais l'Arabie saoudite, mettant à profit ses premières réserves mondiales de brut, s'ouvre de plus en plus sur l'Asie, dont la Chine, dans une apparente tentative de rééquilibrer ses relations internationales, marquées jusqu'ici par l'alliance conclue en 1945 avec Washington, qui assure la sécurité du royaume en échange de contrats pétroliers.

Les entretiens de M. Obama à Ryad devraient aussi porter sur le processus de paix israélo-palestinien, relancé sous les auspices des Etats-Unis mais qui piétine.

Egalement au menu des discussions: la situation en Egypte, autre pomme de discorde entre les deux pays depuis la destitution par l'armée en juillet du président islamiste Mohamed Morsi.

La visite de M. Obama intervient au moment où le roi Abdallah, âgé de 90 ans, a désigné son demi-frère Moqren, 69 ans, comme prochain prince héritier, ouvrant la voie à son accession au trône.

Amnesty International a exhorté M. Obama à évoquer la situation des droits de l'Homme dans ce royaume ultra-conservateur où un groupe de Saoudiennes s'apprêtent samedi à défier l'interdiction faite aux femmes de conduire.

Dans un communiqué, l'ONG l'a invité à "exercer des pressions sur les autorités saoudiennes pour qu'elle mettent fin à la répression de la liberté d'expression, d'association et de réunion (...), à la discrimination contre les femmes et les minorités, et à toutes les formes de torture et de mauvais traitements".

aa/tm/cco