NOUVELLES
27/03/2014 09:52 EDT | Actualisé 27/05/2014 05:12 EDT

Liban: un soldat abattu par des inconnus à Tripoli

Un soldat libanais a été abattu jeudi par deux motocyclistes cagoulés à Tripoli, la grande ville du nord du Liban secouée par des affrontements et des meurtres confessionnels liés au conflit syrien, a annoncé l'armée.

Il s'agit du quatrième assassinat perpétré de cette manière depuis février dans cette ville portuaire où alaouites partisans du régime syrien et sunnites appuyant la rébellion s'affrontent.

"Vers 06H15 (04H15 GMT), deux hommes cagoulés sur une moto dans le quartier du Boulevard à Tripoli ont ouvert le feu en direction du soldat Fadi Jbaili alors qu'il se dirigeait vers son lieu de travail. Il a été grièvement blessé et a succombé aussitôt", indique le communiqué de l'armée.

Le soldat était un Tripolitain de confession sunnite, mais on ignore s'il s'agit d'un assassinat à caractère confessionnel.

Un responsable des services de sécurité a affirmé à l'AFP qu'un "Syrien soupçonné d'implication" dans le meurtre avait été interpellé, "alors qu'il se cachait dans un immeuble" près du lieu de l'attaque.

Le responsable a toutefois précisé que les circonstances restaient peu claires.

Cet assassinat intervient au lendemain de celui d'un employé municipal de confession alaouite dans la ville, également par deux motocyclistes cagoulés.

Le dernier épisode de violences à Tripoli, qui a duré 13 jours et fait 27 morts, avait éclaté début mars après qu'un sunnite a été abattu par deux inconnus sur une moto.

Les tensions, qui existent depuis des années opposent, les habitants du quartier de Bab al-Tebbané, secteur sunnite hostile au régime syrien à ceux de Jabal Mohsen, alaouite, la confession du président syrien Bachar al-Assad, et partisan du pouvoir de Damas.

Jeudi, le gouvernement libanais a demandé à l'armée et aux forces de sécurité de "mettre en oeuvre un plan pour contrôler la situation de sécurité et empêcher l'apparition d'éléments armés et le recours aux armes sous toutes ses formes, ainsi que de saisir les dépôts d'armes à Tripoli", selon un communiqué officiel.

Sur un autre plan, toujours dans le nord du Liban, le corps sans vie d'un soldat syrien a été repêché du fleuve Nahr al-Kabir à la frontière libano-syrienne.

Son cadavre a été retrouvé coincé entre des rochers du côté libanais du fleuve, selon un responsable des services de sécurité, sans plus de précisions.

oi-kf-kam/ram/cbo