NOUVELLES
27/03/2014 04:22 EDT | Actualisé 26/05/2014 05:12 EDT

Le président russe veut être un rival plutôt qu'un partenaire, estime Harper

BERLIN - Les chances que le président russe Vladimir Poutine soit réintégré dans le G8 sont minces, a affirmé le premier ministre Stephen Harper jeudi, après sa rencontre avec la chancelière allemande pour discuter de la crise en Europe de l'Est.

«Il n'a pas voulu être un partenaire, il a voulu être un rival, et c'est la réalité avec laquelle nous devons composer», a déclaré M. Harper lors d'une conférence de presse en compagnie d'Angela Merkel.

«Je ne vois aucune possibilité de retour de M. Poutine à la table, sauf si la Russie change fondamentalement de cap.»

Les pays du G7 — États-Unis, Canada, Royaume-Uni, Allemagne, France, Italie et Japon — ont expulsé la Russie du G8 plus tôt cette semaine pour protester contre son annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée, après le soulèvement pro-occidental en Ukraine.

M. Harper et Mme Merkel se sont rencontrés peu avant que l'Assemblée générale des Nations unies adopte une résolution affirmant l'intégrité territoriale de l'Ukraine et jugeant illégale l'annexion de la Crimée.

Une centaine de membres de l'ONU ont voté en faveur de la résolution, tandis que 11 pays s'y sont opposés et que 58 se sont abstenus. Les votes de l'Assemblée générale ne sont pas juridiquement contraignants, mais ils permettent de sonder l'opinion de la communauté internationale quant aux événements importants.

Le Fonds monétaire international a également promis des prêts totalisant 18 milliards $ à l'Ukraine pour l'aider à relancer son économie.

Quand M. Harper et Mme Merkel ont émergé de leur discussion d'une heure, ils ont affirmé être d'accord sur le fait que la Russie a grossièrement violé la souveraineté de l'Ukraine en annexant la Crimée.

Alors que les membres de l'OTAN doivent se rencontrer la semaine prochaine à Bruxelles pour discuter de la crise en Europe de l'Est, le premier ministre canadien assuré que «personne ne cherche une escalade militaire».

Mais en même temps, l'agression russe «a retenu l'attention» de l'OTAN, et en particulier des partenaires de l'Europe de l'Est, a ajouté M. Harper.

La chancelière allemande, qui s'est fait demander ce que l'Allemagne était prête à subir en conséquence des sanctions économiques contre la Russie, a déclaré que son pays n'était pas inquiet.

«Je suis plutôt détendue, si l'on peut dire les choses ainsi», a-t-elle affirmé.

Mme Merkel a toutefois indiqué que si la Russie ne faisait rien pour désamorcer la crise, elle ferait face à de nouvelles sanctions de la communauté internationale. Elle a dit espérer que M. Poutine prenne «les bonnes décision», puisque ses gestes nuisent à l'économie de l'Europe et de la Russie.

M. Harper et Mme Merkel, les deux plus anciens membres du G7, ont discuté pendant une heure à la chancellerie à Berlin. Avant leur rencontre, ils se sont fait la bise dans une cour extérieure, puis ont bavardé chaleureusement avant d'entrer dans l'édifice.

Même si les deux dirigeants ont parlé en détail des relations commerciales entre le Canada et l'Allemagne, leur discussion a surtout porté sur les événements en Ukraine.

«Nous sommes unis dans notre opinion selon laquelle les actions du président Poutine sont une violation claire et inacceptable de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine», a dit M. Harper.

«Les actions du président Poutine contreviennent aussi aux obligations de la Russie en vertu de la Charte des Nations unies et à son accord pour respecter les frontières de l'Ukraine.»

Mme Merkel s'est fait demander si l'Allemagne serait intéressée à importer de l'énergie du Canada pour mettre fin à sa dépendance envers le gaz naturel russe. La chancelière a noté que l'Allemagne tirait 35 pour cent de son énergie de la Russie.

Mais elle a indiqué que le Canada n'avait pas les infrastructures nécessaires pour exporter son énergie en Europe. Cela signifie que les importations d'énergie canadienne sont un projet à long terme pour l'Allemagne, a affirmé Mme Merkel.

Un haut diplomate européen a déclaré mercredi, sous le couvert de l'anonymat, que des efforts étaient en cours en Europe pour tenter de trouver des solutions de rechange au gaz naturel russe.