NOUVELLES
27/03/2014 08:55 EDT | Actualisé 27/05/2014 05:12 EDT

Ioulia Timochenko briguera la présidence ukrainienne

KIEV, Ukraine - L'ancienne première ministre ukrainienne Ioulia Timochenko a annoncé jeudi qu'elle briguera la présidence de son pays lors de l'élection du 25 mai.

Mme Timochenko, qui a été libérée de prison le mois dernier dans la foulée du soulèvement populaire qui a chassé le président Viktor Ianoukovitch du pouvoir, a déclaré qu'elle entend combattre la corruption.

Elle aurait aussi l'intention de faire campagne en faveur de l'unité ukrainienne.

Le scrutin présidentiel se profile à l'horizon alors que l'économie tombe en ruines, que la Crimée a été annexée par la Russie et que les régions orientales du pays commencent à grogner.

«Je serai la candidate de l'unité ukrainienne, a lancé Mme Timochenko. L'ouest et le centre de l'Ukraine ont toujours voté pour moi, mais je suis née dans l'est, à Dnipropetrovsk.»

Il s'agira de sa deuxième tentative pour décrocher la présidence, après sa défaite serrée face à M. Ianoukovitch en 2010.

Mme Timochenko compte parmi les personnages politiques les plus controversés d'Ukraine. Elle est perçue autant comme une championne de la démocratie que comme une manipulatrice égoïste au passé nébuleux.

Avec ses tresses blondes et son sourire photogénique, elle s'est fait connaître du monde lors de la Révolution orange de 2004-2005, qui s'était soldée par le renversement d'un scrutin — largement dénoncé — qui avait accordé la victoire à M. Ianoukovitch.

Une reprise du vote avait remis la présidence à son allié politique, Viktor Ioutchenko, qu'elle a servi comme premier ministre. M. Ianoukovitch a été élu en 2010 et Mme Timochenko s'est rapidement retrouvée dans la justice pour de possibles abus de pouvoir. Plusieurs y ont vu une vengeance politique de son adversaire.

Mme Timochenko a promis que, cette fois-ci, elle ne gaspillera pas la confiance des électeurs.

«Je ferai tout en mon pouvoir pour assurer que notre deuxième révolution européenne ne mène pas à la méfiance, à la dépression et à la déception, a-t-elle lancé. Je travaillerai tous les jours pour mériter la confiance qui m'a été octroyée par le peuple.»

Mme Timochenko est la plus connue d'une multitude de candidats présidentiels qui vont de l'ancien champion de boxe Vitali Klitschko à des politiciens solidement enracinés dans l'est du pays.

Pourtant, un sondage réalisé à la mi-mars ne lui accordait que 12 pour cent des appuis. Le candidat le plus populaire, et de loin, est l'homme d'affaires et ancien ministre des Affaires étrangères Petro Poroshenko, qui était le favori de 36 pour cent des Ukrainiens. M. Poroshenko devrait annoncer sa candidature d'ici la date-limite, dimanche.