Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Hydro-Québec peut se réjouir du temps froid

Après quelques années sombres, Hydro-Québec devrait engendrer des profits non négligeables cette année. Le temps froid, qui a frappé le nord-est du continent américain, et la saison hivernale qui s'étire devraient entraîner une hausse des exportations d'électricité de la société d'État.

Depuis plusieurs années, Hydro-Québec se retrouvait avec des surplus d'électricité qu'elle devait parfois vendre à perte aux États-Unis. Mais, la nouvelle demande américaine pour l'électricité québécoise remet en question les conclusions du rapport de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec. Cette commission recommandait, au début de l'année, de mettre un frein aux nouveaux projets de développement électriques en raison de cette baisse des prix à l'exportation.

Les rigueurs du dernier hiver nord-américain ont toutefois permis à Hydro-Québec d'engranger des centaines de millions de dollars en exportation vers la Nouvelle-Angleterre. En deux mois, Hydro-Québec a récolté l'équivalent de six mois de revenus par rapport à 2013.

La nouvelle demande ne justifie toutefois pas les investissements dans l'éolien qui coûte cher à Hydro-Québec, selon les experts consultés. Le coprésident de la commission énergétique du Québec, Roger Lanoue, et le spécialiste de l'énergie aux HEC, Pierre-Olivier Pineau, estiment que l'éolien convient davantage aux sociétés qui tentent de remplacer l'énergie nucléaire, au charbon ou au gaz, mais pas l'hydroélectricité.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.