NOUVELLES
27/03/2014 11:28 EDT | Actualisé 27/05/2014 05:12 EDT

Françoise David croit avoir prouvé la pertinence de Québec solidaire

MONTRÉAL - Françoise David a rallié ses trois rivaux, jeudi soir, lors du deuxième débat des chefs, ce qui, selon la coporte-parole de Québec solidaire (QS), démontre que le parti a besoin d'une «grosse équipe» à l'Assemblée nationale.

Mme David a été en mesure d'obtenir l'appui de Pauline Marois, Philippe Couillard et François Legault lors de discussions concernant les aînés.

«J'avoue, avec un peu de surprise, (avoir) obtenu facilement l'appui des trois chefs à un projet de loi que je compte déposer à l'Assemblée nationale sur le problème des aînés expulsés de leur logement», a expliqué la coporte-parole de Québec solidaire, après le débat.

«S'il fallait juste une preuve (pour montrer) que nous avons besoin de Québec solidaire à l'Assemblée nationale, vous l'avez», a-t-elle ajouté.

Mme David s'est dite satisfaite du ton employé au cours du débat, et ce, malgré certaines attaques virulentes lors d'échanges sur l'intégrité et la souveraineté, entre autres.

«De temps en temps, il y avait un peu de cacophonie, mais sincèrement, je pensais que ça serait bien pire, a-t-elle dit. Après la semaine que nous venions de vivre, avec un peu de garrochage de bouette, je me suis dit que le ton allait être agressif.»

La coporte-parole de QS estime avoir été en mesure de tirer son épingle du jeu.

«J'ai eu l'impression que les gens ont essayé de se retenir un petit peu, a-t-elle observé. À travers cela, j'ai eu l'impression de pouvoir faire ma place avec un ton plus nuancé que celui de certains de mes adversaires.»

Quant au cadre financier de la formation politique, prévoyant près de 15 milliards $ de dépenses, Mme David a assuré qu'un gouvernement solidaire serait en mesure de générer les revenus nécessaires, notamment en taxant davantage les institutions financières.

«Nous ne sommes pas des pelleteux de nuages», a martelé la coporte-parole du parti.