NOUVELLES
27/03/2014 12:27 EDT | Actualisé 27/05/2014 05:12 EDT

Chypre: le chef de la police remercié après une manifestation contre un leader turc

Le chef de la police de Chypre a été remercié jeudi après une manifestation la veille d'un groupe d'extrême droite devant une réunion à laquelle participait un ancien dirigeant de la République Turque de Chypre Nord (RTCN, non reconnue), Mehmet Ali Talat.

Le président de Chypre, Nicos Anastasiades, a expliqué dans un communiqué qu'il avait remercié Michalakis Papageorgiou après les "évènements inacceptables" de mercredi soir.

M. Anastasiades a ajouté qu'il avait demandé au ministre de la Justice et au procureur général de déposer plainte après qu'un journaliste chypriote-turc a été blessé durant l'incident, et son appareil photo volé.

"Je veux qu'il soit clair que l'Etat n'acceptera aucune forme de fascisme, d'où qu'elle vienne, et particulièrement d'une minorité qui s'autoproclame les défenseurs des Grecs de Chypre", a ajouté le président.

La police chypriote avait auparavant annoncé l'arrestation de trois membres du groupe d'extrême droite.

Mercredi soir, une centaine de membres du Front national populaire, un mouvement aussi connu sous le nom d'Elam, ont manifesté devant le centre culturel de Limassol, sur la côte sud de l'île. Fondé en 2008, Elam est un mouvement radicalement anti-turc et anti-immigrés.

Une partie d'entre eux a tenté de forcer les portes pour interrompre une conférence à laquelle participait Mehmet Ali Talat sur la situation de Chypre et les perspectives de réunification de l'île, divisée depuis l'invasion turque de 1974, menée en réaction à une tentative de coup d'Etat visant à rattacher l'île à la Grèce.

La conférence, à laquelle participait également l'ambassadeur américain John Koenig, a néanmoins pu se tenir, et Mehmet Ali Talat faire son discours, selon les autorités.

Le porte-parole du gouvernement, Christos Stylianides, a indiqué que le président Anastasiades avait personnellement appelé M. Talat pour s'excuser, et promettre qu'il n'y aurait plus d'incidents lorsqu'il souhaiterait traverser la frontière entre le Nord et le Sud pour participer à de tels évènements.

Le dirigeant de la RTCN, Dervis Eroglu, successeur de M. Talat, a condamné l'attaque, déclarant qu'il était "triste" et qu'il "soupçonnait" que les autorités chypriotes-grecques "n'aient pas pris les précautions nécessaires".

"Il est inquiétant que de tels incidents aient lieu alors que les négociations sont à un point critique" et qu'il importe de "rétablir la confiance entre les deux parties", a-t-il ajouté dans un communiqué.

S'adressant aux Chypriotes des deux parties, le président Anastasiades a lui assuré que la "première préoccupation" de son gouvernement était "la réussite des conditions d'une coexistence pacifique entre Chypriotes-grecs et Chypriotes-turcs dans le cadre d'une solution protégeant entièrement les droits de l'Homme et les fonctions démocratiques d'un Etat qui soit dans sa totalité membre de l'Union européenne".

M. Anastasiades a nommé comme nouveau chef de la police Zacharias Chrysostomou, qui était jusqu'alors directeur de l'académie de police. Il doit prendre ses fonctions dès vendredi.

Cet incident intervient à quelques jours d'une rencontre entre M. Anastasiades et Dervis Eroglu, prévue lundi. Il s'agit de la deuxième rencontre entre les deux hommes depuis la reprise des pourparlers le mois dernier, après deux années d'interruption.

Les discussions déjà poussives après l'échec d'un premier accord rejeté par les Chypriotes-grecs en 2004, étaient suspendues depuis 2012.

cc/al/cbo/faa/hj