Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Chicanes de pilotes

Les pilotes hésitent à entrer dans la controverse du bruit des moteurs. Sebastian Vettel a choisi de le faire et s'est fait rappeler à l'ordre par Jenson Button.

Le champion du monde, qui a abandonné le Grand Prix d'Australie en raison d'un problème de moteur (perte d'un cylindre), a partagé le fond de sa pensée sur la polémique entourant le bruit des moteurs.

« C'est de la m..., a-t-il lancé, sans détour. C'est mon opinion, et je la partage avec de nombreux amateurs. La F1 doit être spectaculaire, et le son des moteurs est une des choses les plus importantes.

« Quand j'étais petit, je ne me souviens pas de beaucoup, a ajouté Vettel. Mais je me rappelle le bruit de ces voitures, si fort qu'il faisait vibrer le sol. C'est dommage que ça ne soit plus pareil. »

À l'autre bout du spectre, Jenson Button ne veut pas s'avancer sur ce terrain glissant. Il met en garde ses collègues.

« Aller courir dans une autre série si vous n'aimez pas le son des moteurs, a lancé Button, visiblement agacé. Ce n'est pas important que les pilotes aient une opinion sur le bruit ou sur les sensations de ces nouvelles voitures.

« Quand vous gagnez la course, vous vous fichez bien du bruit du moteur ou de la silhouette de la voiture. Vous avez réussi à battre les meilleurs pilotes au monde, et c'est tout ce qui importe. »

Si Renault a découvert le bobo du moteur de Vettel, l'Allemand pourra compter sur une voiture rapide à Sepang. Mais l'humidité et la chaleur pourraient la faire souffrir.

« J'étais content de voir que la voiture était rapide (à Melbourne), a analysé Vettel. Il faut simplement s'assurer que tous les morceaux fonctionnent et que l'ensemble est fiable. J'espère que nous ferons un pas en avant par rapport à l'Australie.

« Je ne me plaindrais pas s'il devait pleuvoir, a fait remarquer Vettel. Daniel nous a prouvé que notre voiture peut être aussi rapide sur piste mouillée. »

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.