NOUVELLES
27/03/2014 01:40 EDT | Actualisé 27/05/2014 05:12 EDT

Attentats au Liban: un "dangereux" suspect tué lors de son arrestation (armée)

Un homme soupçonné d'implication dans les attentats à la voiture piégée ayant secoué des bastions du Hezbollah chiite a été tué jeudi lors sa capture par l'armée, a annoncé l'institution militaire, le qualifiant de "dangereux terroriste".

"Vers 17H00 (15H00 GMT), les renseignements de l'armée sont parvenus à identifier le lieu où se trouve le dangereux terroriste Sami al-Atrache à Aarsal", localité dans l'est du Liban, proche de la frontière syrienne et partisane de la rébellion contre le régime de Bachar al-Assad.

"Al-Atrache a tiré en direction de la patrouille de l'armée lors de la perquisition (...) elle a riposté et il a succombé par la suite à ses blessures", a indiqué un communiqué.

Selon l'armée, Al-Atrache était "poursuivi pour préparation de voitures piégées, lancement de roquettes et tirs au mortier sur des localités et villages libanais, séquestration de civils, participation au meurtre de quatre civils et de soldats".

Sami al-Atrache, un Libanais d'une quarantaine d'années, "a été touché par plusieurs balles dans le ventre et a succombé à ses blessures à l'hôpital", a indiqué à l'AFP une source médicale.

Selon un responsable des services de sécurité, il était poursuivi sur la base d'"aveux de personnes arrêtées" dans le dossier des attentats qui ont secoué des bastions du Hezbollah, qui combat les rebelles de Syrie aux côtés de l'armée de Bachar al-Assad.

Les bastions du Hezbollah ont été secoués depuis l'été 2012 par une série d'attentats meurtriers, notamment dans la banlieue sud de Beyrouth et la ville de Hermel dans l'est du pays.

Ces attaques ont été revendiquées pour la plupart par des groupuscules extrémistes sunnites qui ont affirmé riposter ainsi à l'engagement militaire du Hezbollah en Syrie.

Selon le Hezbollah, les voitures étaient piégées à Yabroud, ex-bastion rebelle proche de la frontière avec le Liban, passaient par Aarsal avant d'être dirigées vers les bastions du parti.

Yabroud, un des derniers bastions rebelles près de la frontière libanaise, a été prise par l'armée et le Hezbollah le 16 mars après des combats acharnés.

Le Liban est profondément divisé sur le conflit syrien entre détracteurs et partisans du pouvoir de M. Assad, et cette division s'est exacerbée avec l'annonce officielle du Hezbollah au printemps 2013 qu'il prenait part aux combats.

kam/ram/hj