NOUVELLES
27/03/2014 09:55 EDT | Actualisé 27/05/2014 05:12 EDT

Afrique du Sud: vers une nouvelle hausse du taux d'intérêt à moyen terme

L'économie sud-africaine, première du continent, devrait croître moins vite que prévu cette année, à un rythme de 2,6%, a indiqué la Banque centrale jeudi, annonçant cependant une probable hausse de son taux d'intérêt "à moyen terme" pour contenir l'inflation.

Dans l'immédiat, la Banque centrale a décidé de maintenir son taux d'intérêt à 5,5%, niveau auquel il avait été relevé le 29 janvier et qui a permis au rand, la monnaie nationale très malmenée de s'apprécier de 2,4% face au dollar US, a précisé la gouverneure Gill Marcus, à l'issue d'une réunion du comité de politique monétaire.

"Le taux d'intérêt actuel est inférieur à ce que l'on peut considérer comme la normale sur le long terme et il est susceptible d'augmenter sur le moyen terme. Le rythme de resserrement dépendra de plusieurs facteurs, dont les prévisions d'inflation, la situation économique et les développements mondiaux", a-t-elle déclaré.

A ce stade, le taux d'intérêt a été maintenu "inchangé", a-t-elle ajouté. Une décision pas unanime, avec quatre voix en faveur du maintien et trois en faveur d'un relèvement.

"Il n'y a pas de différence d'analyse, c'est une divergence sur le timing", a-t-elle dit, indiquant que les prochaines décisions de ce cycle de hausse pourraient être "plus agressives" et d'une "autre magnitude" que la dernière fois quand le taux d'intérêt était passé de 5% à 5,5%.

"La difficulté est que l'économie est fragile", a-t-elle ajouté, évoquant un "dilemne" pour les autorités monétaires. Elle a révisé sa prévision de croissance à 2,6% pour 2014 (comparé à 2,8% auparavant) et +3,1% en 2015 (au lieu de +3,3%).

Elle a aussi longuement inventorié les éléments qui plombent l'Afrique du Sud: une consommation intérieure flageolante, une monnaie nationale qui s'est dépréciée dans le sillage d'une normalisation de la politique monétaire américaine, une facture pétrolière qui du coup augmente, des grèves d'une durée sans précédent dans le platine (plus de deux mois chez Amplats, Implats et Lonmin), l'approvisionnement incertain en électricité.

L'inflation alimente les revendications sociales et des accords salariaux de l'ordre de 7,9% de hausse en moyenne en 2013 après 7,6% en 2012.

La hausse des prix à la consommation tourne autour de 6% en Afrique du Sud, et devrait atteindre un pic de 6,6% au quatrième trimestre 2014, selon Mme Marcus. Elle est largement liée à la dépréciation du rand.

clr/cpb/jmc