NOUVELLES
26/03/2014 04:41 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

Une nouvelle loi pour améliorer le transport des grains

Le gouvernement du Canada a présenté mercredi un projet de loi afin de répondre à la crise du transport des grains qui touche les provinces des Prairies.

Le ministre de l'Agriculture, Gary Ritz, ainsi que la ministre des Transports, Lisa Raitt, ont annoncé par voie de communiqué qu'ils voulaient rendre le transport des grains plus efficace et plus rapide.

Le projet de loi du gouvernement permettrait, entre autres, d'accroître l'importance des contrats entre les transporteurs ferroviaires et les producteurs de grains. Des sanctions seraient ainsi imposées si une rupture de contrat survenait.

Les ministères des Transports et de l'Agriculture pourraient aussi imposer un volume minimal de grains à transporter. De plus, ils enjoignent les transporteurs ferroviaires à la transparence, alors qu'ils seront tenus de divulguer leurs données sur le déplacement des grains.

En fait, toutes les parties concernées seront forcées de rendre plus de comptes au gouvernement canadien.

« Une chaîne d'approvisionnement ferroviaire est essentielle pour que les expéditeurs canadiens puissent demeurer compétitifs sur les marchés nationaux, continentaux et étrangers. Si l'on tient compte de notre annonce précédente de mesures immédiates et concrètes pour transporter le grain dans l'Ouest canadien, la présentation de ce projet de loi est une autre étape importante pour combler les retards en matière de transport », a déclaré la ministre Raitt.

Le gouvernement avait en effet présenté un décret au début du mois, qui forçait les transporteurs ferroviaires à transporter un minimum de grains par semaine. Les agriculteurs avaient jugé cette mesure insatisfaisante.

Les agriculteurs de l'Ouest demandent au gouvernement canadien depuis plusieurs mois pour qu'il intervienne dans cette crise du transport du grain. La Saskatchewan a d'ailleurs enregistré en 2013 la meilleure production agricole de son histoire, qu'elle a du mal à déplacer notamment parce que les chemins de fer sont surchargés par le transport du pétrole.