NOUVELLES
26/03/2014 10:06 EDT | Actualisé 26/05/2014 05:12 EDT

Obama: "Le monde est plus sûr quand l'Europe et les Etats-Unis sont solidaires"

Le président américain Barack Obama a déclaré mercredi à Bruxelles, à l'issue du sommet UE/Etats-Unis, que le monde était "plus sûr et plus juste quand l'Europe et les Etats-Unis sont solidaires".

"Les Etats-Unis et l'Europe sont unis" dans la crise ukrainienne et "la Russie est seule", a ajouté M. Obama au cours d'une conférence de presse au troisième jour de sa tournée en Europe.

Moscou "a fait un mauvais calcul" en pensant enfoncer "un coin" entre les Etats-Unis et l'Union européenne, a précisé Barack Obama après une rencontre ayant duré une heure et demie avec les présidents du Conseil européen, Herman Van Rompuy, et de la Commission, José Manuel Barroso.

Le président américain a estimé que la crise ukrainienne démontrait "la nécessité pour l'Europe de diversifier ses sources d'énergie", alors qu'elle est très dépendante des importations de gaz russe.

Barack Obama s'est par ailleurs déclaré "préoccupé" par la baisse des dépenses de défense de certains pays de l'Otan, alors que "la situation en Ukraine nous rappelle que la liberté a un prix".

"Nous devons avoir la volonté de payer pour la sécurité commune afin d'être en mesure d'avoir une force de dissuasion", a précisé M. Obama.

Ces dernières années, les responsables américains ont multiplié les appels aux pays européens, qui forment la majorité des 28 membres de l'Otan, à ne pas baisser la garde malgré la crise économique et les politiques d'austérité.

Entre 2007 et 2013, la part des Etats-Unis dans les dépenses de défense au sein de l'Otan est passée de 68 à 73%, au fur et à mesure que celle des pays européens diminuaient, selon les statistiques de l'Alliance.

M. Obama a par ailleurs indiqué que l'entrée de l'Ukraine dans l'Otan n'était pas à l'ordre du jour.

L'Ukraine coopère depuis de nombreuses années avec l'Otan et a signé avec elle un partenariat en 1997. En avril 2008, au sommet de Bucarest, les dirigeants des pays alliés étaient convenus que l'Ukraine avait vocation à rejoindre l'Otan, ce qui avait fortement irrité la Russie. Mais en 2010, le gouvernement nouvellement élu du président Viktor Ianoukovitch, pro-Russe, avait renoncé à cet objectif.

Le président américain, qui a participé à un sommet nucléaire et à une réunion du G7 à La Haye lundi et mardi, devait rencontrer le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen puis prononcer un discours sur les relations transatlantiques à Bruxelles, avant de se rendre à Rome où il rencontrera jeudi le pape François.

tq-jri/siu/fw