NOUVELLES
26/03/2014 04:44 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

"Ne pas nourrir les pandas": une règle d'or en Chine, sauf pour Michelle Obama

La Première dame des États-Unis, Michelle Obama, a bénéficié mercredi d'un privilège rare en étant autorisée à nourrir des pandas dans une réserve du sud-ouest de la Chine, malgré les panneaux interdisant clairement d'agir ainsi.

Mme Obama, ses filles Sasha et Malia et sa mère, ont été photographiées en train d'offrir à un plantigrade noir et blanc des morceaux de pomme, fixés à l'extrémité d'une longue tige en bambou.

Sur la barrière de l'enclos figurait un panonceau interdisant formellement de nourrir ainsi les pandas, une espèce très menacée devenue le symbole de la Chine et un vecteur pour Pékin de la "diplomatie du panda".

Mme Obama s'est notamment intéressée à Lili, une grand-mère panda âgée de 22 ans, dans cette réserve de Chengdu, capitale mondiale des pandas, animaux officiellement considérés comme des "trésors nationaux" en Chine.

La Première dame américaine a par ailleurs déjeuné mercredi dans un restaurant tibétain, commandant une soupe à base de viande de yack.

Le choix de cet établissement "répondait à l'intérêt (de Mme Obama) pour les droits des minorités ethniques en Chine", a expliqué son entourage. La province du Sichuan, dont Chengdu est la capitale, compte une importante minorité tibétaine.

Mme Obama et sa famille devaient ensuite conclure leur voyage de sept jours en Chine, une visite censée dissiper un peu la méfiance qui caractérise les relations entre les deux premières puissances mondiales.

Le numéro un chinois Xi Jinping et Barack Obama se sont de leur côté rencontrés lundi en marge de sommets à La Haye.

seb/ros