NOUVELLES
26/03/2014 04:58 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

Les policiers enquêtent sur la découverte d'un arsenal à Gatineau

Le Service de police de Gatineau poursuit son enquête après la découverte de munitions et d'obus dans un immeuble à logements situé au 236, rue du Louvre, dans le secteur du Plateau à Gatineau, vers 16 h, mercredi. Il s'agit d'une rue résidentielle, non loin de la rue Pink.

Une dizaine de voitures de police ont été appelées sur les lieux et des agents ont dressé un périmètre de sécurité de 100 m autour de l'édifice.

Selon les policiers, l'évacuation temporaire de plusieurs immeubles a été rendue nécessaire par la présence d'engins militaires potentiellement dangereux à l'intérieur d'un appartement inoccupé depuis quelques semaines.

Les citoyens ont pu réintégrer leurs logis après qu'un expert eut confirmé aux policiers que les objets étaient inoffensifs.

Le locataire a contacté les policiers

L'immeuble est géré par le promoteur immobilier Devcore et un responsable de l'entreprise a expliqué que c'est à la suite d'une visite de routine que les munitions et les obus ont été découverts. Le logement était occupé par un locataire qui avait dû être évincé le mois dernier.

« Pour une visite de routine après départ, on est entré dans le logement et on a trouvé ces surprises. On a été surpris, car la personne qui habitait le logement était une super bonne personne. On ne s'attendait vraiment pas à ça », affirme le directeur publicité et marketing de Devcore, Stéphane Larabie.

Le locataire, qui est à l'extérieur du pays, a lui-même contacté les policiers après la découverte des munitions. Les objets appartiennent à son fils, qui a été rencontré par les policiers.

Il n'y avait pas d'arme dans l'appartement et les policiers de Gatineau collaborent maintenant avec les Forces canadiennes pour déterminer ce qui est légal ou non, et comment le tout a été acquis.

Selon le Service de police de Gatineau, aucune accusation criminelle ne sera portée pour le moment.

L'incident a causé toute une commotion

Les autorités ont procédé à l'évacuation de plus de six immeubles à logements ainsi que de quelques résidences privées. Entre 50 et 75 personnes ont dû quitter temporairement leur résidence.

Un autobus de la Société de tranport de l'Outaouais (STO) a été réquisitionné afin de permettre aux personnes évacuées de se mettre à l'abri.

Les autobus scolaires ne pouvaient pas circuler dans le secteur. Les policiers ont dû faire descendre les élèves à l'intersection des rues du Prado et de l'Acropole.

Cliquez ici pour voir les gazouillis de nos journalistes sur le terrain à partir d'une application mobile.