NOUVELLES
26/03/2014 05:44 EDT | Actualisé 26/05/2014 05:12 EDT

GB: les premiers mariages homosexuels célébrés ce week-end

Au douzième coup de minuit vendredi soir, les couples homosexuels pourront légalement se passer la bague au doigt en Angleterre et au Pays de Galles avec l'entrée en vigueur officielle du mariage gay.

"Quand j'ai fait mon +coming out+ en 1983, à 20 ans, la majorité sexuelle était fixée à 21 ans. J'ai eu ma première relation sexuelle avec un autre jeune de 20 ans et nous aurions pu aller en prison", s'est remémoré Matthew Toresen, un travailleur social de Northampton (centre de l'Angleterre).

"Passer de ça à la possibilité aujourd'hui de se marier, (...) je n'aurais jamais imaginé que ce jour viendrait", a-t-il ajouté à l'approche de son grand jour.

Matthew Toresen, âgé de 51 ans, va épouser son compagnon de longue date Scott Maloney, âgé de 45 ans, samedi dès les premières heures de la légalisation du mariage des couples de même sexe.

Le couple qui a passé des années à faire campagne pour les droits des homosexuels, qu'il s'agisse de l'abaissement de la majorité sexuelle ou de la lutte contre les discriminations dans l'armée, juge que le mariage était "le dernier obstacle".

Les couples homosexuels bénéficient en effet déjà des mêmes droits parentaux que les couples hétérosexuels: ils peuvent adopter, recourir à la procréation médicalement assistée et à une mère porteuse, pourvu qu'elle ne soit pas rémunérée. Ils peuvent également s'unir depuis 2005 dans le cadre d'un partenariat civil.

Cependant, les partisans du mariage gay ont insisté sur la nécessité d'une égalité totale incluant le symbole du mariage.

Contrairement à la France où d'immenses manifestations se sont succédées contre le mariage pour tous, le projet de loi britannique, approuvé en juillet 2013 au parlement, n'a suscité quasiment aucun remous dans l'opinion publique, majoritairement favorable à la réforme. Il a en revanche déchiré le parti conservateur.

L'Eglise anglicane d'Angleterre a également contesté cette réforme et a exclu mi-février la bénédiction de mariages homosexuels ainsi que la possibilité pour les membres du clergé de se marier avec une personne du même sexe.

La loi laisse aux diverses confessions la possibilité de célébrer ou non des unions homosexuelles religieuses, mais le mariage homosexuel reste illégal au sein de l'Eglise anglicane, majoritaire dans le pays.

C'est donc par un officier d'état civil que Peter McGraith et David Cabreza comptent être déclaré samedi à Londres "mari et mari" devant leurs deux enfants adoptés, leurs familles et leurs amis.

Ils espèrent utiliser l'effervescence médiatique autour de cette première britannique pour envoyer un message aux pays où le mariage homosexuel n'est encore qu'un rêve lointain.

"Il y a beaucoup de gays et lesbiennes dans le monde qui ne sont pas invités à la fête", a estimé Peter McGraith, styliste de 49 ans qui épouse l'homme qui partage sa vie depuis 17 ans.

Le mariage homosexuel est légal dans 14 autres pays, et en partie seulement dans certains pays comme les Etats-Unis, où 16 Etats l'autorisent.

En Afrique et au Moyen-Orient, les discriminations persistent, quand en Australie et en Inde, on revient sur les avancées acquises.

Teresa Millward, 37 ans, espère également que son mariage samedi dans le Yorkshire (nord de l'Angeleterre) enverra un message aux jeunes de Grande-Bretagne.

"Il y a des centaines de jeunes aujourd'hui qui souffrent de révéler leur homosexualité, qui ont honte ou s'inquiètent du jugement que certains pourraient porter sur eux", a-t-elle rappelé à l'AFP.

"Obtenir le mariage et avoir les mêmes droits signifie, espérons-le, que davantage de personnes pourront célébrer leur relation", a-t-elle ajouté.

Elle épouse Helen Brearley, âgée de 50 ans, sa compagne depuis 11 ans avec laquelle elle gère un site internet de vente de vêtements et objets pour la communauté gay.

Si l'ambiance de ces mariages d'un nouveau genre sera avant tout festive, Louis Monaco, un psychologue clinicien américain de 46 ans et Aarron Erbas, un doctorant de 23 ans ont prévu un service de sécurité pour leur cérémonie à Londres, afin d'empêcher la famille du plus jeune de gâcher la fête.

ar-mc/dh/ros