NOUVELLES
26/03/2014 03:49 EDT | Actualisé 26/05/2014 05:12 EDT

Ebola: aucun cas à ce jour en Côte d'Ivoire, les autorités appellent à ne plus manger de rongeurs

Aucun cas de fièvre Ebola n'a pour l'instant été détecté en Côte d'Ivoire, pays voisin de la Guinée et du Liberia, où des fièvres hémorragiques ont fait 68 morts, ont indiqué mercredi les autorités, appelant à ne pas manger de rongeurs.

"Nous faisons le maximum" pour surveiller le territoire, principalement dans les centres de santé et aux frontières, "afin d'éviter une transmission transfrontalière", a déclaré à l'AFP Daouda Coulibaly, médecin épidémiologiste à l'Institut national d'hygiène publique (INHP) de Côte d'Ivoire.

Aucun cas suspect n'a pour l'instant été recensé, a-t-il affirmé, même si le délais d'incubation de la maladie (de 2 à 21 jours) ne permet pas d'écarter la présence d'individus contaminés dans le pays.

"Il ne faut pas autoriser la fièvre Ebola à entrer en territoire ivoirien", a lancé mardi la ministre de la Santé Raymonde Goudou Coffie, demandant à la population ivoirienne, qui "affectionne particulièrement le porc-épic et l'agouti", un petit rongeur, d' éviter d'en consommer et d'en manipuler.

"La situation est sous contrôle", a lancé un cadre sanitaire, malgré les craintes de plus en plus vivaces des Ivoiriens. "Ca veut dire que l'alerte qu'on a lancée a été entendue, que le système marche", a-t-il commenté.

La frontière ivoirienne n'est située qu'à 140 ou 150 kilomètres du foyer supposé de la maladie. Lundi, le directeur de l'INHP, Simplice Dagnan, avait confié son "inquiétude".

"La maladie peut facilement voyager. Les animaux (qui véhiculent le virus) ne connaissent pas de frontière", avait-il observé.

Soixante-neuf décès du fait de fièvres hémorragiques ont été recensés, principalement en Guinée (63 morts), mais aussi au Liberia (5) et en Sierra Leone (1).

Le virus Ebola, mortel dans neuf cas sur dix, aurait été véhiculé par des chauve-souris en Guinée, selon les autorités de ce pays. Il peut aussi l'être par des chimpanzés, des gorilles, des antilopes, etc.

Il se transmet ensuite entre humains par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus des sujets infectés.

jf/jmc