NOUVELLES
26/03/2014 02:33 EDT | Actualisé 26/05/2014 05:12 EDT

Des contrats pour 18 milliards d'euros signés lors de la visite du président chinois en France

Le président chinois Xi Jinping a été reçu mercredi avec tous les honneurs à Paris par le président François Hollande, une rencontre marquée par la signature de contrats commerciaux pour 18 milliards d'euros.

Parmi ces contrats, la commande par la Chine de 70 Airbus d'une valeur de 7 milliards d'euros, ou encore la production conjointe de 1.000 hélicoptères par la société européenne et la chinoise Avicopter.

"Sur le plan bilatéral, nous avons d'excellentes relations même si nous avons un devoir pour ce qui nous concerne, c'est de rééquilibrer le commerce extérieur entre nos deux pays", a déclaré M. Hollande au début de son entretien avec Xi Jinping au palais présidentiel de l'Elysée.

"Depuis un an, les résultats sont au rendez-vous", s'est-il félicité, avant d'annoncer que les cinquante contrats signés à l'occasion de cette visite représentaient "une valeur de 18 milliards d'euros".

Les relations commerciales ont accusé en 2013 un déficit de 26 milliards d'euros pour la France, soit près de 40% du total du déficit du commerce extérieur français. Parmi les cinquante accords signés mercredi - dont 20 en présence des deux chefs d'Etat - figurait la formalisation de l'accord sur l'entrée au capital du groupe PSA Peugeot Citroën de l'État français et du constructeur automobile chinois Dongfeng. A Paris, Xi Jinping circulait d'ailleurs à bord d'une Citroën, l'une des marques du groupe.

Une commande de 43 appareils moyen-courriers européens A320 et le déblocage de celle de 27 A330, gelée en raison d'un différend commercial entre Pékin et Bruxelles, ont été annoncés, un contrat global de 7 milliards d'euros.

Airbus Helicopters et l'entreprise chinoise Avicopter (division hélicoptères du groupe AVIC) ont également signé un accord portant sur la production conjointe de 1.000 hélicoptères civils EC175/AC352 sur 20 ans.

- Dîner privé à Versailles -

La politique était aussi au rendez-vous de cette rencontre: M. Hollande a déclaré que la Chine et la France avaient "su trouver des positions communes" sur les dossiers internationaux, notamment la Syrie, l'Iran, l'Ukraine et le Moyen-Orient.

Sur l'Ukraine, la Chine s'était abstenue lors du vote au Conseil de sécurité de l'ONU d'une résolution condamnant le référendum en Crimée, tandis que la Russie opposait son veto et que les autres membres du Conseil, dont la France, approuvaient la résolution.

Honneur inédit, cinquante ans après la reconnaissance de la Chine communiste par le général de Gaulle, le président français était venu en personne accueillir Xi Jinping et son épouse à l'Hôtel national des Invalides, sur la rive gauche de la Seine, avant leur rencontre à l'Elysée.

Le but de cette visite est de "planifier ensemble l'avenir, de sorte que les relations sino-françaises, sur un nouveau départ, enregistrent des progrès encore plus importants", avait dit Xi Jinping à Lyon (centre-est), première étape de son séjour.

Xi Jinping était arrivé mardi soir dans cette ancienne capitale de la soie et pionnière dans l'accueil des étudiants chinois, qui entretient de longue date des relations privilégiées avec la Chine.

Il a visité mercredi matin le centre de recherche BioMérieux à Marcy-l'Etoile (centre-est), qui a implanté un laboratoire important à Wuhan, et un institut à Lyon où étudièrent quelque 500 Chinois, de 1921 à 1946.

En 2008, lors du passage de la flamme olympique à Paris, des manifestations pro-tibétaines avaient jeté un froid sur les relations Paris-Pékin.

Aujourd'hui, alors que Pékin vient d'annoncer son intention de clore une enquête antidumping contre les exportateurs européens de vin, François Hollande a mis les petits plats dans les grands. Les Chinois "apprécient particulièrement la créativité de la gastronomie française et ses grands crus", soulignait-t-on à la présidence française.

En avril 2013, François Hollande avait été le premier chef d'Etat européen reçu en visite d'État à Pékin par le numéro un chinois fraîchement élu.

Jeudi, Xi Jinping et son épouse, la chanteuse populaire Peng Liyuan, sont attendus au Château de Versailles pour un concert à l'Opéra royal, avec de nombreuses oeuvres chinoises ainsi que les "Contes d'Hoffmann", puis un dîner privé sera organisé au Grand Trianon.

Après la France, Xi Jinping poursuivra sa tournée européenne à Berlin et Bruxelles.

bur/ial/nou/gg/kat/plh